Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences dans le quartier de Penhars à Quimper, le jour d'après

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Le quartier de Penhars à Quimper est encore choqué après la flambée de violence qui l'a agité, mardi soir. 14 voitures incendiées, des poubelles brûlées et les forces de l'ordre caillassées. Les policiers et pompiers ont été pris à partie par un groupe de 40 à 50 jeunes.

14 voitures ont été incendiées dans la nuit de mardi à mercredi dans le quartier de Penhars à Quimper.
14 voitures ont été incendiées dans la nuit de mardi à mercredi dans le quartier de Penhars à Quimper. © Radio France - Léo Rozé

Quimper, France

Ils étaient nombreux, mercredi, dans le quartier de Penhars à avoir le pas plus lent que d'habitude, pour se retourner sur les carcasses des 14 voitures calcinées après une nuit de violence. Une dépanneuse les retire une par une. Certains habitants sortent leur téléphone pour prendre des photos. D'autres, l'air dépité, constatent les dégâts, le bitume fondu et les poubelles brûlées

Les riverains ne digèrent pas

Marc, par exemple, habite à Penhars et n'en revient pas : _"_Ce sont des petites gens qui sont touchés. Ils ont besoin de leurs voitures pour travailler. En étant assurés au tiers, avec des petites voitures, on ne récupère rien ..."

Ces feux ont été allumés par un groupe de 40 à 50 jeunes du quartier, d'après la Police. Les habitants qui sont sortis dans la rue mardi soir font le même constat. 

Sidonie a tenté de parler avec quelques jeunes au moment des violences. "Ils m'ont dit que c'était leur seul moyen de se faire entendre, qu'ils en avaient marre d'être contrôlés ...", souffle cette habitante, écœurée par ces dégradations. 

L'État de droit protège un peu trop les voyous" - Ludovic Jolivet, maire de Quimper

Le maire Ludovic Jolivet (à gauche), accompagné d'autres élus municipaux, s'est rendu à Penhars mercredi matin. - Radio France
Le maire Ludovic Jolivet (à gauche), accompagné d'autres élus municipaux, s'est rendu à Penhars mercredi matin. © Radio France - Léo Rozé

Le maire réclame des moyens de Police supplémentaires

Ludovic Jolivet s'est rendu à la Maison pour tous de Penhars, mercredi en fin de matinée, pour rencontrer quelques journalistes. "Il y a entre 40 et 60 jeunes adultes et adolescents qui empoisonnent la vie du quartier. Je trouve que l'Etat de droit, qui protège les citoyens, protège parfois un peu trop les voyous. Il faut toujours prendre des gants avant de les interpeller [...] Il est temps que nous ayons des moyens de Police pour faire face à 50 délinquants."

Mardi soir, d'après lui, les policiers ont dû se mettre à distance dans un premier temps car ils n'étaient pas assez nombreux pour intervenir, quand tout a dégénéré après un contrôle lors d'un rodéo de scooters et motos.

Bientôt des caméras dans le quartier

Le maire de Quimper rappelle que des caméras sont en train d'être installées à Penhars. Le câblage est en cours, elles seront mises en service d'ici la fin d'année. Mais "ça ne résoudra rien", selon certains habitants.

L'enquête, confiée au commissariat de Quimper, se poursuit pour tenter d'identifier les incendiaires.

Choix de la station

France Bleu