Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences dans le quartier de Planoise à Besançon : un an après, trois enquêtes en cours

-
Par , France Bleu Besançon

Un an après les premiers épisodes de coups de feu dans le quartier de Planoise à Besançon, en novembre et décembre 2019, les enquêtes ont avancé mais sont toujours en cours. Une quarantaine de personnes a notamment été interpellées.

Etienne Manteaux, le procureur de Besançon.
Etienne Manteaux, le procureur de Besançon. © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Planoise a défrayé la chronique pendant plus de huit mois avant de retrouver un peu de calme. Le quartier bisontin a été, dès novembre 2019, le théâtre de règlements de compte d'une extrême violence, entre deux bandes rivales se livrant à la revente de produits stupéfiants. Dans cette série de violences, les faits marquants restent l'incendie de la fourrière municipale le 31 décembre 2019, puis le meurtre, le 9 mars 2020, d'Houcine Hakkar, un jeune homme de 23 ans. Un an après, on fait le point sur les enquêtes en cours. 

Trois informations judiciaires sont ouvertes dont la plus importante, celle concernant la tentative d'assassinats, association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants.*

Violences à Planoise : un procès fin 2021 ou début 2022

Depuis le 9 mars et le premier coup de filet des enquêteurs sur cette série de violence, une quarantaine de protagonistes a été interpellés. Vingt personnes sont en détention provisoire.  L'enquête sur les violences de ces derniers mois est toujours en cours. 

La tâche est complexe pour les enquêteurs à cause de l'absence de coopération des victimes. C'est ce qui explique cette première vague d'interpellations tardive, précise Etienne Manteaux, procureur de Besançon : "Pour ce dossier, il y a aura un procès d'ici fin 2021, début 2022. Toutes les personnes misent en cause n'ont pas encore été interpellées."

L'enquête sur l'assassinat d'Houcine Hakkar piétine

Autre information judiciaire ouverte par le parquet de Besançon, celle concernant l'assassinat d'Houcine Hakkar, avenue Charles Siffert, dimanche 8 mars. Les violences accumulées depuis des mois ont connu leur paroxysme cette nuit-là. "Cette course-poursuite était inouïe par sa violence, encore jamais vue à Besançon", précise le procureur. Le véhicule de la victime avait été pris en chasse par une autre voiture, avant que son conducteur ne soit achevé à bout portant, d'une balle dans la tête. Vingt impacts de balles ont été retrouvés sur sa voiture. 

Etienne Manteaux reconnaît qu'il n'y a eu pour l'instant aucune interpellation : "Mais je le dis haut et fort, ce dossier, je suis persuadé qu'à brève échéance, nous l'éluciderons."

Le procès de l'incendie de la fourrière prévu pour 2021

L'incendie criminel de la fourrière, c'est l'épisode qui a provoqué le plus d'émoi chez les habitants du quartier, car il avait entraîné la fermeture du magasin Intermarché. Un commando avait mis le feu à une voiture volée, stationnée dans la fourrière. Les fumées s'étaient propagées à la grande surface.

L'enquête avance puisque les quatre auteurs présumés de cet incendie criminel ont été interpellés. Tous les acteurs de cette affaire ont été arrêtés, assure Etienne Manteaux, le procureur de Besançon. Un procès aura lieu en 2021.

Quant à l'Intermarché, qui avait ouvert sur une surface réduite et provisoire en juin 2019, va être reconstruit. Les travaux commencent mi-janvier 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess