Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences du 1er mai : plus de 300 gardes à vue, les premières comparutions ce jeudi

-
Par , France Bleu

Près de 400 manifestants ont été arrêtés en marge du défilé du 1er mai selon les derniers chiffres du ministère de l'intérieur. À la justice de prendre le relais ce jeudi avec les premières comparutions immédiates. À Paris, 315 personnes ont été placées en garde vue.

 À Paris, des heurts entre "black blocs" et forces de l'ordre ont émaillé le défilé.
À Paris, des heurts entre "black blocs" et forces de l'ordre ont émaillé le défilé. © AFP - Guillaume Pinon /

Après les violences du 1er mai, 315 personnes sont placées en garde à vue à Paris. La préfecture de police de Paris a dénombré 330 interpellations et plus de 15.000 contrôles préventifs effectués par les forces de l'ordre.  Dans le détail, 303 majeurs et 12 mineurs ont été placés en garde à vue à Paris. 

Intrusion dans l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière et un commissariat visé par des projectiles

Parmi les gardés à vue, "plus de trente" l'ont été à la suite de l'irruption de dizaines de participants au défilé dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Le directeur général des hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, compte porter plainte. Autre image marquante de ce 1er mai : un commissariat du 13e arrondissement ciblé par les manifestants. Des échanges de projectiles et de gaz lacrymogènes ont eu lieu devant l'hôtel de police vers 16h ce mercredi.

Concernant le bilan humain on compte une quarantaine de blessés dans toute la France, 14 chez les forces de l'ordre. Un CRS a reçu un pavé sur la tête, il est toujours hospitalisé. 

La journée du 1er mai a été "volée par la violence de quelques-uns", estime le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner.

Choix de la station

France Bleu