Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences en maternelle : une enseignante de Thonon-les-Bains condamnée à six mois de prison ferme

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Une institutrice de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) jugée pour violences habituelles sur un enfant de quatre ans a été condamnée ce mardi à six mois de prison ferme et l'interdiction d'exercer durant cinq ans.

L'enseignante était jugée pour des violences sur un enfant de quatre ans
L'enseignante était jugée pour des violences sur un enfant de quatre ans © Maxppp -

Thonon-les-Bains, France

Une enseignante de maternelle de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) a été reconnue coupable ce mardi matin par le tribunal correctionnel de violences habituelles sur un enfant de quatre ans. L'enseignante est condamnée à une peine de dix-huit mois d'emprisonnement dont six mois de prison ferme, ainsi qu'une l'interdiction d'exercer durant cinq ans et interdiction d'entrer en contact avec la jeune victime. 

Des violences inexpliquées , et une sanction mitigée

Pour l'avocat de l'enseignante, Christophe Arminjon, qui, après discussion avec sa cliente, décidera vendredi de faire appel ou non: 

La situation était délicate. Ma cliente avait reconnu avoir eu des gestes pas convenables, tant d'un point de vue moral, professionnel, et personnel. Mais elle n'a pas été capable d'expliquer les raisons de ses actes. Et çà, ça reste la grande question, sachant que cette enseignante, en 18 ans de carrière, n'avait jamais connu un accroc, un reproche, et était parfaitement notée.

Le 20 mai dernier, l'Éducation nationale avait saisi le parquet de Thonon-les-Bains en raison des soupçons sur cette institutrice de 41 ans de l'école maternelle Jules-Ferry.

Une autre enseignante avait rapporté avoir vu un enfant allongé par terre, et son enseignante lui cogner la tête au sol avec sa main. Au mois de janvier, une ATSEM (Agents Territoriaux Spécialisés des Écoles Maternelles), qui aide les enseignantes de maternelle, avait déjà fait un signalement.

C'est l'Éducation nationale qui a saisi la justice

L'Éducation nationale a donc saisi la justice et l'institutrice mise en cause a été placée en garde à vue avant d'être remise en liberté sous contrôle judiciaire. Elle était également suspendue de ses fonctions. 

C'est la deuxième année que cette enseignante, mère de trois enfants, avait le petit garçon dans sa classe, à "la satisfaction des parents, au moins jusqu'à l'ouverture de l'enquête", souligne l'avocat de la prévenue Me Arminjon. Lors de sa garde à vue, l'enseignante avait nié toute violence volontaire, elle avait toutefois reconnu avoir mal géré une situation de crise, et d'énervement de l'enfant.

Choix de la station

France Bleu