Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Violences faites aux femmes : "Il n'y a pas d'accompagnement" des victimes à Châteauroux selon NousToutes36

-
Par , France Bleu Berry

Ce samedi, c'est la deuxième édition de la marche #NousToutes contre les violences faites aux femmes. Une mobilisation qui se déroulera partout en France et notamment à Châteauroux. Depuis un an,"pas grand chose n'a changé" estime Savina Alvarez, vice présidente de Nous Toutes 36.

Manifestation contre les feminicides le 19 octobre dernier.
Manifestation contre les feminicides le 19 octobre dernier. © Maxppp - Michael Bunel

Châteauroux, France

L'an passé, plus de 50 000 personnes ont participé à la première édition de la marche Nous Toutes. Et dans le cortège, il y avait de nombreuses personnalités, Muriel Robin, Nicolas Sirkis, Anne Roumannoff notamment. Un cortège pour dénoncer donc les violences, dans la mouvance de Mee Too, ces dénonciations, essentiellement sur les réseaux sociaux, de comportements a minima déplacé à l'encontre des femmes. Certaines ont même dénoncé des viols ou des agressions sexuelles. Selon les décompte des associations, au moins 135 femmes sont mortes sous les coups de leurs conjoints ou ex conjoints en France. Au moins une de ces victimes est berrichonne

Des femmes restent seules pour vivre cette expérience difficile du parcours judiciaire et de la séparation"

Depuis, le mouvement Nous Toutes a essaimé un peu partout dans le pays. Une antenne a été crée dans l'Indre, une autre dans le Cher.  Savina Alvarez est la Vice-Présidente de Nous Toutes 36.  Selon elle, "il n'y a pas d'accompagnement" des victimes à Châteauroux. "On a remarqué que les femmes même si elles ont un accompagnement social restent seules pour vivre cette expérience difficile du parcours judiciaire et de la séparation" avec le conjoint. A la création de NousToutes 36, cette militante féministe dit avoir "trouvé, à ma grande surprise, des femmes mises à l'abris dans des hôtels mais sans accompagnement la plupart du temps"

Bientôt la levée du secret médical ?

Après plusieurs semaines de débat, le Grenelle des violences conjugales touche à sa fin le 25 novembre, des nouvelles mesures pourraient être annoncées. "On les connait déjà" réplique Savina Alvarez. "On sait qu'il faut des centres d'hébergements spécialisés et adaptés dans tous les territoires, un meilleur accueil dans les commissariats, plus de poursuites judiciaires car 80% des plaintes sont classées sans suite !" Défendue par la ministre de la Justice et par la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, la levée du secret médical pour les soignants qui prennent en charge des victimes de violences conjugales divise. Qu'en pense Savina Alvarez ? "Il y a un soucis majeur d’établissement des faits souvent les dossiers ne présentent pas d’éléments concrets suffisants donc on a besoin d'étayer. Et ce qui peut étayer la parole d'une victime c'est effectivement des confidences faites auprès du médecin." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu