Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences à Limoges - La Bastide : la justice sera ferme

lundi 9 novembre 2015 à 12:47 Par Henrique Vieira Campos et Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Le procureur de la république de limoges promet la plus grande fermeté à l'égard des 3 individus de 18 ans impliqués dans le faits de violences ce weekend dans le quartier de la Bastide.

Au centre: Michel Garrandaux, Procureur de la République
Au centre: Michel Garrandaux, Procureur de la République © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

Parmi les 3 jeunes majeurs qui sont jugés en comparution immédiate ce lundi après midi devant le tribunal correctionnel de Limoges figure un éducateur sportif. C'est lui qui conduisait le mini bus transportant 9 jeunes footballeurs et qui roulait à 157 km/heure sur l' A 20.

Multirécidiviste avec déjà vingt condamnations à son actif c'est lui qui a pris la fuite dans le quartier de la Bastide provoquant les violences qui ont suivi samedi soir . Rappelons que deux policiers ont été blessés par une cinquantaine de jeunes qui se sont mis à caillasser les véhicules des forces de l'ordre . Deux jeunes meneurs ont aussi été interpellés et devront répondre de leurs faits devant la justice avec l'éducateur sportif. Avant l'audience le procureur de la république a été catégorique: Il ne tolérera en aucun cas que le quartier de la bastide devienne un zone de "non droit."

Michel Garrandaux : "La Bastide ne sera jamais une zone de non droit"