Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violence à Limoges - La Bastide, un jeune placé en détention

lundi 9 novembre 2015 à 18:26 Par Henrique Vieira Campos et Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Le procès des 3 jeunes impliqués dans les violences ce week end dans le quartier de la bastide a été renvoyé au 24 novembre prochain. Ils devaient etre jugés en comparution immédiate ce lundi mais ils ont réclamé un délai pour préparer leur défense.

Le TGI de Limoges
Le TGI de Limoges © Radio France

Limoges, France

En attendant l'audience, deux des trois jeunes de 18 ans ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire, mais pas le troisième qui a été placé en détention provisoire : il s'agit de l’éducateur sportif qui conduisait le minibus sur l'A 20 et qui avait pris la fuite jusqu’à la Bastide après avoir été contrôlé à plus de 150 km/ heure. 

Le jeune en question réside au Palais sur Vienne et il est déjà bien connu des services judiciaires. Il a déjà été condamné à 21 reprises mais c'est la première fois qu'il va comparaître en tant que majeur. Ce multirécidiviste a déjà été reconnu coupable d'usage de stupéfiants, de détériorations de biens publics, de violences sur personne ayant autorité ou encore d'outrage et de rébellion. Et ce genre de délits figure encore aujourd'hui dans la liste des actes qui lui sont reprochés ... alors comment s'est il retrouvé éducateur dans un club de football à limoges ?

En fait c'est un service civique qu'il effectue au sein du club  a expliqué son avocate en précisant encore qu'il s'était "racheté une conduite". Faut-il le rappeler samedi il était au volant d'un minibus avec 9 jeunes , bien au delà de la capacité du véhicule et il conduisait aussi sous l'emprise de stupéfiants sans parler du délit de fuite quand les gendarmes ont voulu l'interpeller ... 

Quant aux deux autres prévenus accusés d'avoir participé au caillassage de véhicules de police, la vice procureur, pour tenter de les maintenir en prison , a invoqué le fait qu'ils pouvaient retrouver leurs complices et se concerter , alors que l’enquête n’est pas terminée et que d'autres interpellations devraient avoir lieu mais le tribunal a sans doute tenu compte du fait que leur casier judiciaire était vierge .