Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Violences policières : des policiers excédés par les critiques déposent leurs menottes à Nice

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Après les critiques formulées contre les policiers, Laurent Martin de Frémont, délégué du syndicat Unité SGP Police, avait prévenu sur France Bleu Azur : "Attention nous allons déposer les armes tellement nous sommes en colère". Sur la place Masséna de Nice, ils ont déposé leurs menottes mercredi.

violences policières : des policiers excédés par les critiques déposent des menottes a terre à Nice
violences policières : des policiers excédés par les critiques déposent des menottes a terre à Nice - Unité SGP police 06

Le climat s'enflamme au sein de la police. Alors que le ministre de l'Intérieur s'apprête à recevoir jeudi et vendredi les syndicats de police pour tenter de calmer leur colère après ses déclarations lundi sur les violences policières, les policiers se mobilisent. Christophe Castaner a prôné lundi la "tolérance zéro" contre le racisme dans la police et interdit plusieurs techniques d'interpellation.

La colère des policiers monte en puissance

À Nice, spontanément quelques heures après des dizaines de policiers nationaux ont déposé leurs menottes place Masséna à Nice. Ils se disent "écœurés". C'est la "stupeur dans nos rangs et nous sommes au point de rupture" a expliqué Laurent Martin de Frémont, délégué du syndicat Unité SGP Police sur France Bleu Azur dans la matinale de mercredi 10 juin .

"Vous nous avez embrassés après les attentats et aujourd'hui vous nous vilipendez. Il faut recadrer le débat".

Nous sommes "les plus contrôlés et les plus sanctionnés pour nos comportements. Et d'ajouter : "Nous attendons des réponses après la demande du ministre de supprimer la clé d'étranglement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess