Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Violences policières : "Il y a une absence de volonté d'enquêter" selon l'avocat Arié Alimi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon

Une conférence sur le maintien de l'ordre est organisée ce vendredi soir à Besançon. Arié Alimi, défenseur des gilets jaunes et avocat de la Ligue des droits de l'Homme, animera la rencontre.

L'avocat Arié Alimi.
L'avocat Arié Alimi. © Maxppp - JEREMY LEMPIN

Besançon, France

Connait-on un glissement vers une démocratie autoritaire ? C'est l'une des questions qui seront posées ce vendredi soir lors d'une conférence débat sur le maintien de l'ordre à Besançon. Le collectif "Libertés Publiques" organise cette soirée. Arié Alimi, avocat, membre de la Ligue des droits de l'Homme et défenseur des gilets jaunes, sera en charge de l'animation de ce débat. Il défend notamment Geneviève Legay, la militante d'Attac blessée lors d'une manifestation à Nice en mars 2019.

Cette conférence sera l'occasion de s'interroger sur les doctrines de maintien de l'ordre. Un an après le début de la mobilisation des gilets jaunes, Me Arié Alimi dénonce les arrestations préventives des manifestants et l'absence de poursuites des policiers.  Si deux policiers seront tout de même poursuivis avant la fin de l'année pour violences après des enquêtes de l'IGPN, sur France Info, l'avocat affirme que "72% des procédures sont encore en cours d'analyse. On peut s'inquiéter du travail de blanchisseuse de l'IGPN". 

L'IGPN fait tout pour dédouaner les policiers (Me Arié Alimi)

"L'IGPN affirme que les policiers ne font que répondre à des provocations. Certains syndicats récusent le terme de violences policières . J'ai entendu aussi les chiffres des violences subies par les policiers, mais je n'ai vu aucun policier véritablement poursuivi jusqu'à maintenant. Il y a une absence de volonté d'enquêter", regrette Me Arié Halimi sur France Info. 

Choix de la station

France Bleu