Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences policières : suspension systématique en cas de racisme, fin de la méthode "dite de l'étranglement"

-
Par , France Bleu

Ce lundi, Christophe Castaner a annoncé des mesures au sein des forces de l'ordre, face aux manifestations dénonçant les violences policières : une suspension "systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré" de racisme ou encore la fin de la méthode d'interpellation dite "de l'étranglement".

Christophe Castaner annonce des mesures au sein des forces de l'ordre.
Christophe Castaner annonce des mesures au sein des forces de l'ordre. © Maxppp - Gilles Bader

Christophe Castaner veut une "tolérance zéro" contre le racisme dans les forces de l'ordre. Lors d'une conférence de presse ce lundi, le ministre de l'Intérieur a annoncé des mesures face à la vague d'indignation provoquée dans le monde entier, et en France notamment, par la mort de George Floyd aux États-Unis. Des manifestations contre le racisme et les violences policières ont notamment eu lieu dans de multiples villes françaises ce week-end. 

Une suspension systématique en cas de propos ou faits racistes

Christophe Castaner a rappelé qu'il n'y a pas en France "d'institution raciste, il n'y a qu'une police républicaine". Le ministre de l'Intérieur a tout de même annoncé une suspension "systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré" de racisme. "Aucun raciste ne peut porter dignement l'uniforme de policier ou de gendarme", a-t'il déclaré.

Ce cri je l'entends, le racisme n'a pas sa place dans notre société, notre République. - Christophe Castaner

Christophe Castaner a ajouté avoir "décidé que l'évaluation de la formation continue des policiers et gendarmes intègre désormais le sensibilité aux non-discriminations".

Le ministre a rappelé aux forces de l'ordre leur devoir d'exemplarité : "Je ne laisserai pas les agissements odieux de certains jeter l'opprobre sur toute une institution. Porter l'uniforme de policier ou de gendarme, c'est un honneur et chacun doit s'en montrer digne". 

Interdiction de la méthode "dite de l'étranglement"

Selon le ministre, "personne ne doit risquer sa vie lors d'une interpellation". La méthode d'interpellation controversée "dite de l'étranglement" est ainsi abandonnée. Il sera interdit aux policiers de "s'appuyer sur la nuque ou le cou" de la personne interpellée. "Elle ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C'est une méthode qui comportait des dangers", a précisé le ministre. La méthode du placage ventral n'est pas concernée par cette interdiction pour le moment.

Chaque soupçon doit mener à une enquête, et chaque faute à une sanction. - Christophe Castaner

Les méthodes d'interpellation des policiers et des gendarmes seront "unifiées". Christophe Castaner a ajouté avoir "décidé que l'évaluation de la formation continue des policiers et gendarmes intègre désormais le sensibilité aux non-discriminations". 

"Je demande que l'usage des caméras-piétons soit renforcé lors des contrôles d'identité", a également déclaré Christophe Castaner. Il souhaite que le numéro RIO des policiers soit systématiquement visible, ce qui devrait déjà être le cas : "Je rappelle l'obligation (...) Le port du numéro RIO est obligatoire".

Réforme des inspections du ministère de l'Intérieur

Christophe Castaner a également annoncé une réforme "en profondeur des inspections du ministère de l'Intérieur", pour "plus d'indépendance". Cette réforme permettra "de piloter les enquêtes administratives les plus difficiles" a précisé le ministre. Il a toutefois réfuté l'idée que l'IGPN, l'Inspection générale de la police nationale, soit une "lessiveuse".

"Il n'y a pas d'impunité", a assuré Christophe Castaner qui dit avoir demandé "une mission" sur "les actes et propos racistes au sein de la police" sur les trois dernières années. La mission pourra suivre le déroulement de chaque enquête et faire des propositions sur les méthodes utilisées.

Christophe Castaner "troublé" par l'interpellation de Gabriel à Bondy

Le ministre de l'Intérieur s'est dit aussi "troublé" lundi par les "témoignages" autour de l'interpellation à Bondy le 25 mai dernier de Gabriel, un adolescent de 14 ans interpellé alors qu'il tentait de voler un scooter. Il accuse les policiers de l'avoir frappé, le blessant à l'oeil. Les forces de l'ordre parlent d'une "chute". Selon Christophe Castaner, "_la lumière sera faite et les déclarations des policiers sont en ce moment confrontées aux expertises médical_es".

Police : les annonces de Christophe Castaner
Police : les annonces de Christophe Castaner © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess