Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences policières : de nouveaux rassemblements en France ce mardi, jour des obsèques de George Floyd

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

De nouveaux rassemblements sont prévus en France ce mardi à 18h pour protester contre les violences policières, et rendre hommage à George Floyd, cet Américain tué le 25 mai dernier à Minneapolis lors d'une interpellation. Ses obsèques auront lieu au même moment à Houston, au Texas.

De nouveaux rassemblements sont prévus ce mardi en France pour rendre hommage à George Floyd.
De nouveaux rassemblements sont prévus ce mardi en France pour rendre hommage à George Floyd. © Maxppp - Tatif/Wostok Press

Ce mardi auront lieu à Houston, au Texas, les obsèques de George Floyd, cet homme noir de 46 ans mort lors de son interpellation par des policiers le 25 mai dernier. Pour lui rendre hommage, dénoncer le racisme et les violences policières, de nouveaux rassemblements sont prévus en France, à 18h. Bien qu'interdits par la loi en raison de la crise sanitaire, ils seront tolérés et ne donneront pas lieu à des "sanctions", a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Un rassemblement à 18h à Paris

A Paris, le président de SOS Racisme a appelé à un "rassemblement solennel" place de la République ce mardi. Dominique Sopo demande à tous les manifestants de porter un masque et de respecter les règles sanitaires. Plusieurs syndicats (CGT, FSU, Unsa), partis politiques (EELV, PS, LFI, PCF), organisations étudiantes et lycéennes (Fage, Unef, UNL), associations et ONG (Ligue des droits de l'homme, MRAP, Cran) s'associent à cet appel.

La Licra encourage de son côté chaque Français "là où il se trouve, à cesser toute activité durant huit minutes et 46 secondes", une durée symbolique puisqu'elle correspond à celle durant laquelle le policier a maintenu son genou sur le cou de George Floyd, plaqué au sol.

Des rassemblements en région

Des manifestations sont également annoncées en région ce mardi, à Lille, Grenoble, Dijon, Amiens, Bourges, ou encore Poitiers. A Angers, la préfecture a pris un arrêté d'interdiction, tout comme à Bordeaux

Un rassemblement est aussi prévu à Toulouse, mais mercredi. Et à Nantes, plus de 2.000 manifestants se sont réunis ce lundi et ont défilé dans les rues de la ville.

Ce week-end déjà, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes françaises pour dénoncer les violences policières. Elles ont réuni 23.300 personnes selon le ministère de l'Intérieur samedi, dont 5.500 à Paris. 

SOS Racisme saisit le Parquet de Paris

Dans ce contexte, SOS Racisme a annoncé ce lundi "saisir cet après-midi le Parquet de Paris afin qu’une procédure judiciaire soit ouverte sans délai dans le cadre d'un second groupe Facebook". Le site internet Streetpress a en effet dévoilé l'existence d'un deuxième groupe Facebook, intitulé "FDO 22 unis", où les 9.000 membres, dont "un très grand nombre d’entre eux sont membres de la police" selon Streetpress, se seraient échangés des propos racistes. Le groupe est privé et masqué. 

Selon SOS Racisme, "l’existence de ces groupes montre que le problème du racisme au sein des forces de l’ordre est une problématique essentielle". L'association estime que le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a "beaucoup minimisé les problèmes de racisme au sein de la police ces dernières semaines".

Le parquet de Paris a déjà ouvert le 5 juin dernier une enquête préliminaire sur des messages racistes publiés sur un premier groupe Facebook et attribués à des forces de l'ordre. Il avait été saisi par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, après la publication d'une première enquête de Streetpress.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess