Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences sexuelles dans le patinage : le gouvernement réclame la démission du président de la fédération

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a demandé ce lundi à Didier Gailhaguet, le président de la fédération française des sports de glace, de démissionner. Il est soupçonné d'être au cœur du scandale qui touche le patinage avec des accusations de violences sexuelles.

Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace
Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace © AFP - Franck FIFE

Roxana Maracineanu a demandé au président de la Fédération française des sports de glace Didier Gailhaguet de démissionner, a-t-elle annoncé lundi à l'issue de son entretien avec le dirigeant concernant les récentes révélations de violences sexuelles dans le patinage.

"Didier Gailhaguet ne peut se dédouaner de sa responsabilité"

"Un dysfonctionnement général existe au sein de la Fédération française des sports de glace (...). Au regard des révélations et des témoignages que j'ai pu recueillir, Didier Gailhaguet ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle, je lui ai donc demandé d'assumer toutes ses responsabilités et de démissionner du poste de président de la Fédération française des sports de glace", a expliqué la ministre des Sports.

Roxana Maracineanu a également indiqué qu'elle allait "saisir le procureur de la République (...) afin qu'une enquête pénale puisse être diligentée sur les faits qui le justifient".

A-t-il couvert Gilles Beyer, accusé de viols par Sarah Abitbol ?

Président de la fédération française des sports de glace (FFSG) depuis 1998 - à l'exception d'une parenthèse entre 2004 et 2007- Didier Gailhaguet (66 ans) avait rendez-vous avec la ministre des Sports ce lundi après-midi pour qu'il s'explique notamment sur le maintien en poste, dans les années 2000, de l'entraîneur Gilles Beyer, accusé de viol trente ans après les faits par la championne Sarah Abitbol, mais déjà soupçonné d'attitudes peu appropriées à l'époque.

Âgé aujourd’hui de 62 ans, Gilles Beyer, a concédé vendredi avoir eu "des relations intimes" et "inappropriées" avec elle alors qu'elle avait entre 15 et 17 ans.

Champion de France 1978, Gilles Beyer est alors un entraîneur de haut niveau, avant de succéder en 1998 à Gailhaguet au poste de directeur des équipes de France, quand ce dernier devient pour la première fois président de la FFSG. Mais au début des années 2000, il est visé par la plainte d'une autre patineuse, classée sans suite, puis au centre d'une enquête administrative, menée par des inspecteurs généraux de la jeunesse et des sports, après un signalement de parents.

Cette enquête a conduit à l'époque le ministère des Sports à mettre fin à ses fonctions de cadre technique à la fédération des sports de glace. Pourtant, Gilles Beyer va garder une place centrale au club parisien des Français volants, dont il apparaissait encore la semaine dernière comme manager, ainsi qu'à la fédération, où il a occupé un poste au bureau exécutif jusqu'en 2018. Les Français Volants sont basés à Bercy, place forte du haut niveau français. En 2006, Gilles Beyer intervenait aussi comme coordinateur d'une tournée de galas de l'équipe de France de patinage artistique.

Dès mercredi soir, le ministère des Sports a fait savoir que Roxana Maracineanu attendait que Didier Gailhaguet lui explique comment Beyer "a pu se retrouver dans l'écosystème", alors qu'"il est tout à fait improbable que la fédération n'ait pas eu connaissance des mesures prises à son encontre".

"J'ai commis des erreurs, pas des fautes" se défend Didier Gailhaguet

"J'ai commis des erreurs, je n'ai pas fait de faute. Je suis un homme clean" s'est défendu le patron de fédération française des sports de glace à la sortie du ministère lundi soir. La ministre "ne m'a pas écouté, et surtout ne m'a pas entendu", a-t-il ajouté devant la presse. Interrogé sur sa potentielle démission, il a répondu : "On va réfléchir à tout ça". 

Affirmant qu'il n'avait pas connaissance de l'essentiel des faits révélés dans la presse, il a pointé la responsabilité de "la ministre qui était en poste au moment des faits", Marie-George Buffet, l'accusant de ne pas avoir fait le nécessaire pour écarter Gilles Beyer. Une conférence de presse est prévue mercredi à 14h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu