Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences sexuelles dans le sport : "je ne savais pas que ce n'était pas normal"

-
Par , France Bleu Bourgogne

À l'âge de 8 ans, Léa a subi des attouchements par un élève plus âgé pendant un cours de natation. Aujourd'hui, âgée du double, elle hésite encore à aller à la piscine. Un événement traumatisant dont elle a eu du mal à parler, à cause d'un manque de sensibilisation sur le sujet affirme-t-elle.

Léa a subi des attouchements pendant un cours de natation
Léa a subi des attouchements pendant un cours de natation © Radio France - Xavier Grumeau

"Je nageais et un garçon beaucoup plus âgé que moi me collait" raconte Léa, une jeune Beaunoise de 16 ans. Un épisode survenu pendant un cours de natation alors qu'elle avait 8 ans, forcément traumatisant pour elle mais qu'elle a eu du mal à évoquer avec ses parents : "je ne savais pas que c'était un danger parce qu'on ne m'a jamais parlé de ça, on ne m'a jamais dit que c'était mal". 

"Il faut prévenir les gens que c'est grave et qu'il faut réagir face à ça"

Ce qu'il manque selon Léa : de la prévention auprès des enfants. "De pas en parler, c'est grave" estime-t-elle, "moi je sais que j'aurais préféré qu'on me prévienne là-dessus pour que ce soit moins compliqué d'en parler." Encore aujourd'hui, il lui est difficile d'en parler, mais aussi de se rendre à la piscine sans avoir peur. 

"Je savais au fond de moi que ça n'était pas normal. Je me disais, personne d'autre ne ferait ça c'est pas possible." - Léa, 16 ans 

Une vraie formation pour les éducateurs 

"Il faut apprendre à respecter le corps et à écouter les enfants" estime Catherine. Elle a des enfants, des petits-enfants et donne également des cours de sport. Pour elle, les éducateurs doivent tout simplement être mieux formés, pour apprendre aussi aux enfants à se protéger. 

Une limite parfois difficile à distinguer quand on est adulte. C'est ce que raconte Cécile, maman elle aussi et éducatrice : "je sais que je peux être tactile avec les enfants, et de loin, on pourrait peut-être mal interpréter mes gestes. Alors que c'est juste une caresse sur la tête." Pour éviter les malentendus, elle estime aussi que ça passe par la sensibilisation des enfants, leur expliquer quels sont les gestes à absolument refuser.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu