Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences sexuelles : la cavalière périgourdine poursuivie en diffamation par la Fédération d'Équitation

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Amélie Queguiner qui a témoigné sur les violences sexuelles qu'elle dit avoir subi dans sa jeunesse, est convoquée au tribunal de Périgueux le mercredi 28 avril. La Fédération Française d'Équitation et son président l'accusent de diffamation.

Amélie Queguiner est convoquée le mercredi 28 avril après la plainte déposée pour diffamation par la Fédération française d'Equitation
Amélie Queguiner est convoquée le mercredi 28 avril après la plainte déposée pour diffamation par la Fédération française d'Equitation © Radio France - Harry Sagot

La Fédération Française d'Équitation poursuit Amélie Queguiner en justice pour diffamation après un texte publié le 6 février dernier. L'audience de consignation est prévue le mercredi 28 avril au tribunal de Périgueux. La gérante d'un centre d'équitation à la Roche-Chalais a témoigné en février 2020 pour dénoncer les viols et les violences sexuelles subies de la part de trois de ses formateurs dans les années 80 alors qu'elle était jeune adolescente et jeune cavalière. 

Dans ce texte publié dans l'Obs, Amélie Queguiner estime que la Fédération Française d'Équitation n'a pas assez soutenu les victimes. Elle accuse aussi le président de la Fédération d'avoir gardé au sein de son centre équestre un agresseur sexuel. Serge Lecomte considère que ces accusations relèvent de la diffamation et qu'elles sont là pour le déstabiliser pendant la campagne pour la présidence de la fédération. 

Une pétition lancée en ligne 

Ce mercredi 21 avril, plusieurs associations et personnalités ont publié une tribune dans l'Obs pour demander à la Fédération Française d'Équitation de retirer sa plainte. Une pétition a été lancée en ligne sur le site Change.org pour soutenir Amélie Queguiner. A ce jour, près de 15.000 signatures ont été recueillies. 

La Fédération Française d'Équitation ne va pas renoncer à son droit de se défendre estime son avocate, maître Fanny Collin. "Il n'est pas question de céder au tribunal médiatique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess