Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violente agression diffusée sur YouTube : une jeune femme condamnée à dix mois de prison ferme

samedi 25 novembre 2017 à 12:12 Par Margot Delpierre, France Bleu Poitou et France Bleu

Une jeune femme a été condamnée vendredi à deux ans de prison dont 10 mois ferme pour avoir tabassé la nouvelle petite amie de son ex. La scène, filmée par une complice, avait ensuite été postée sur YouTube.

Le palais de justice de Poitiers
Le palais de justice de Poitiers © Radio France - France Bleu Poitou

Poitiers, France

Le tribunal correctionnel de Poitiers a tranché vendredi après-midi : ce sera donc dix mois de prison ferme pour la jeune femme de 21 ans.

Le 15 août dernier, dans un appartement des Couronneries à Poitiers, elle a frappé à de multiples reprises la nouvelle compagne de son ex. Ne supportant pas d'avoir été quittée, elle lui donne plusieurs coups de poing, de pied, la traîne sur le sol, lui coupe les cheveux et lui plante même des ciseaux dans la cuisse.

Une complice avait filmé la scène, insoutenable, et posté la vidéo sur YouTube, visionnée plus de 12.000 fois. Elle n'est aujourd'hui plus visible. Le film a cependant été diffusé pendant l'audience, en présence de la victime, âgée de 19 ans au moment des faits.

La prévenue, en pleurs, s'est excusée devant les juges, qui ont malgré tout décidé de la renvoyer en prison. La victime s'est est physiquement remise. Elle a été arrêtée deux jours par son médecin.