Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violente évasion d’un détenu au CHU de Nantes, trois gardiens blessés

-
Par , , France Bleu Loire Océan

Un homme de 27 ans a profité d’une extraction médicale pour s’évader, ce mercredi à Nantes. Après avoir agressé les agents pénitentiaires qui l’escortaient, le détenu a pris la fuite sur un scooter. L’homme a un casier judiciaire chargé.

Voiture de police (photo d'illustration)
Voiture de police (photo d'illustration) © Maxppp

Le détenu avait affirmé souffrir de douleurs à la cheville. A l’arrivée à l’hôpital ce mercredi vers 10h, le détenu agresse les agents pénitentiaires qui l’accompagnent. Il se sert d’une lame de cutter qu’il avait dissimulé pour blesser deux agents aux mains et aux jambes.

L’homme réussi à prendre la fuite et arrête un automobiliste. Il le menace pour s’emparer de son véhicule. Un troisième agent tente alors de s’interposer et il est frappé à son tour. Le fuyard monte finalement à l'arrière d'un scooter, vraisemblablement conduit par un complice.

"On pense qu'il avait des complicité", Samuel Gauthier, CGT pénitentiaire à Nantes

Ce détenu a déjà un lourd passé judiciaire. Condamné l’an passé à dix ans de prison pour tentative d’assassinat par la cour d’assises du Finistère, il devait être jugé pour l’agression de son codétenu à la prison de Rennes.

Pour la CGT pénitentiaire, il est clair que l'homme, particulièrement signalé, avait préparé son coup. "Il a dû user de tous les stratagèmes pour dire qu’il avait particulièrement mal à la cheville et que ça demandait des examens complémentaires au CHU ", a expliqué Samuel Gauthier, secrétaire CGT au centre pénitentiaire de Nantes. "C’est quelqu’un qui a un gros passif pénitentiaire […] libérable en 2025, il n’a pas hésité à tout mettre en œuvre pour se faire la belle ."

"Il aurait été utile et nécessaire que des forces de l'ordre l'accompagnent", Samuel Gauthier, CGT pénitentiaire de Nantes

Le parquet de Nantes a lancé un mandat de recherche et a saisi la police judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess