Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Viols en série : douze ans de réclusion criminelle requis à l'encontre de l'accusé aux assises à Vesoul

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Pour la troisième et dernière journée du procès du père de famille jugé aux assises du Territoire de Belfort à Vesoul pour viols, tentatives de viol et agressions sexuelles sur quatre victimes, dont sa fille, le Ministère public requiert douze ans de réclusion criminelle.

Image d'illustration, palais de justice de Vesoul.
Image d'illustration, palais de justice de Vesoul. © Radio France - Marie Roussel

C'est la troisième et dernière journée du procès de ce père de famille de trente-trois ans jugé par la cour d'assises du Territoire de Belfort pour viols, tentatives de viol et agressions sexuelles sur quatre victimes, dont sa cousine et sa propre fille mineures au moment des faits.

Mon client a poussé tout tordu, sur un lit d'orties - Maître Jean-Charles Darey

Après l'audition de l'accusé et sa fille jeudi, l'avocat général Monsieur Xavier Allam a présenté ses réquisitions ce vendredi 28 mai, et demandé une peine de douze ans de réclusion criminelle à l'encontre du Terrifortain de 33 ans. "Dans cette affaire, ce sont les victimes qui donnent une leçon de courage", a-t-il déclaré en guise d'introduction.

Le magistrat est revenu sur la personnalité du mis en cause ; il décrit un homme dans le déni. Qui réfute tout au long de son procès les accusations de viols, qui refuse de faire un travail sur lui-même, "qui ne marchande pas ses désirs sexuels." Selon le magistrat, les faits sont là et ne laissent aucune place au doute

"Pas de place au doute"

C'est pourtant ce que s'efforce de provoquer Maître Jean-Charles Darey chez les jurés. L'avocat de la défense est le dernier à parler, "le dernier allié" qui insiste, une nouvelle fois sur le passé de son client. "Il a poussé tout tordu, sur un lit d'orties". À la fin des débats, le mis en cause se lève et déclare : "Je hais ce que je suis, je suis ce qu'on a fait de moi." Devant lui, sa fille et sa famille ont déjà quitté le banc des parties civiles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess