Faits divers – Justice

Viols : la cour de cassation valide le renvoi aux assises de Georges Tron

Par Julie Guesdon, France Bleu Paris vendredi 3 avril 2015 à 14:28

Georges Tron avait bénéficié d'un non-lieu en 2013
Georges Tron avait bénéficié d'un non-lieu en 2013 © MaxPPP

La cour de cassation a validé ce vendredi le renvoi aux assises de l'ancien secrétaire d'État à la Fonction publique Georges Tron. L'ancien maire UMP de Draveil, dans l'Essonne, est accusé depuis 2011 de viols sur deux anciennes employées de sa mairie.

Lourde semaine pour Georges Tron. Récemment élu dans l'Essonne, l'ex secrétaire d'État UMP et ancien maire de Draveil se voit renvoyé aux assises. Accusé de viols sur deux anciennes employées de la mairie de Draveil, Georges Tron va devoir de nouveau comparaître devant le tribunal, après avoir bénéficié d'une ordonnance de non-lieu en première instance.

La cour d'appel de Paris avait elle aussi infirmée l'ordonnance de non-lieu

L'affaire dite des "pieds" de Georges Tron avait éclaté en 2011, dix jours après l'arrestation de DSK à New-York. Deux anciennes employées de sa commune de l'Essonne avaient accusé leur maire de viols et agressions sexuelles, poussant Georges Tron à démissionner de son poste de secrétaire d'État à la Fonction publique sous Nicolas Sarkozy.

Finalement, Georges Tron avait obtenu un non-lieu en décembre 2013. Une ordonnance de non-lieu que la cour d'appel de Paris a infirmée en décembre 2014. A cette période, l'ancienne adjointe à la culture du maire de Draveil, Brigitte Gruel, elle aussi dégagée de charges par un non-lieu, avait également été renvoyée devant les assises. Une décision partagée par la cour de cassation.