Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Visé par une enquête préliminaire pour proxénétisme, le site Vivastreet suspend sa rubrique "Rencontres"

mardi 19 juin 2018 à 19:17 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le site internet de petites annonces Vivastreet, qui fait l'objet d'une information judiciaire ouverte pour "proxénétisme aggravé" depuis fin mai a suspendu sa rubrique "Rencontres", ce mardi, pour prévenir "tout abus" ou "usage inapproprié" de "certains utilisateurs".

Le site internet de petites annonces Vivastreet, visé par une information judiciaire pour "proxénétisme aggravé", a suspendu sa rubrique "Rencontres".
Le site internet de petites annonces Vivastreet, visé par une information judiciaire pour "proxénétisme aggravé", a suspendu sa rubrique "Rencontres". © Maxppp - PIERRE ROUANET

"En dépit de nos efforts, il a été suggéré que certains utilisateurs font un usage inapproprié de notre site, en agissant d'une manière qui serait contraire à nos conditions générales". 

A la place de la rubrique "Rencontres" de Vivastreet, les internautes peuvent désormais lire ce message. Visé par une enquête préliminaire pour "proxénétisme aggravé" depuis fin mai, le site internet de petites annonces a décidé de suspendre cette section pour "prévenir tout abus".

Capture d'écran du site internet Vivastreet - Aucun(e)
Capture d'écran du site internet Vivastreet -

L'escorting : 40% à 50% du chiffre d'affaire petites annonces de Vivastreet

L'information judiciaire ouverte le 30 mai par le parquet de Paris faisait suite à une enquête préliminaire ouverte en février 2017 après une plainte du Mouvement du Nid, qui milite contre les causes et conséquences de la prostitution, et d'investigations menées par l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains de la police judiciaire.  Dans leur viseur, les petites annonces déguisées en propositions de massages érotiques gratuits ou d’accompagnement.

Dans une enquête publiée en février 2017, le journal Le Monde avait estimé que les annonces des rubriques d'escorting représentaient selon les mois entre 40% à 50% du chiffre d'affaires petites annonces de Vivastreet, soit 11 à 21 millions d'euros. Poids lourd du secteur en France, derrière Le Bon Coin, Vivastreet revendique quelque 35 millions de visites par mois.