Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vivastreet : le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour "proxénétisme aggravé"

jeudi 31 mai 2018 à 16:23 Par Léo Sanmarty, France Bleu

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire visant le site Vivastreet, mercredi, pour "proxénétisme aggravé" contre X, a annoncé l'AFP ce jeudi.

Vivastreet
Vivastreet © Maxppp - Philippe Turpin

Le parquet de Paris a ouvert, mercredi, une information judiciaire contre X pour "proxénétisme aggravé".  La procédure porte sur des soupçons de prostitution via des petites annonces du site internet Vivastreet, a annoncé l'AFP ce jeudi.

Une enquête préliminaire avait été ouverte en février 2017 à la suite d'une plainte du mouvement du Nid qui lutte contre les causes et conséquences de la prostitution, et d'investigations menées par l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains de la police judiciaire.

Tirer profit de la prostitution d'autrui est condamnable partout en France"—Christine Blec, présidente du mouvement du Nid

Le Nid, qui avait évalué, dans une enquête en 2015, à 62% la part de la prostitution passant par internet, visait notamment la rubrique payante de Vivastreet, consacrée aux "services adultes" qui comporte, entre autres, plusieurs milliers d'annonces de rencontres et de massages.

40% à 50% du chiffre d'affaire des petites annonces de Vivastreet

"Tirer profit de la prostitution d'autrui est condamnable partout en France. Il n'y avait aucune raison pour qu'internet fasse exception", a réagi la présidente du mouvement du Nid, Christine Blec, dans un communiqué.  

Dans une enquête publiée en février 2017, le journal Le Monde avait estimé que les annonces des rubriques d'escorting représentaient, selon les mois, 40% à 50% du chiffre d'affaire des petites annonces de Vivastreet, soit 11 à 21 millions d'euros.

Vivastreet est un poids lourd dans le domaine des petites annonces en France, avec environ 35 millions de visites par mois.