Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Halloween : une nuit de violences urbaines, une centaine d'interpellations dans toute la France

jeudi 1 novembre 2018 à 8:36 - Mis à jour le jeudi 1 novembre 2018 à 16:19 Par Faustine Mauerhan, France Bleu

La nuit d'Halloween a été marquée par des scènes de violences urbaines en région parisienne, à Lyon, à Metz ou encore à Rennes avec des voitures brûlées, jets d’acide et pillages. Le nombre d'incidents a été "largement inférieur" aux années précédentes selon le ministère de l'Intérieur.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp -

C’est habituel à la Saint-Sylvestre, ça l'est aussi devenu lors d'Halloween. La nuit a été très agitée un peu partout en France, et particulièrement dans l’Essonne. À Montgeron, les policiers ont été visés par des jets de bouteille d'acide, alors qu'ils intervenaient pour éviter un pillage dans un centre commercial. Une adolescente de 13 ans a été interpellée dans la soirée. Ce jeudi après-midi, France Bleu Paris apprend qu'une deuxième mineure a été arrêtée, elle aussi soupçonnée d'avoir jeté une bouteille d'acide sur les forces de l'ordre.

Une scène de pillage s'est également produite dans un magasin de sport à Étampes, où les policiers ont cette fois été visés par des tirs de mortier. Des dégradations ont par ailleurs été commises à Draveil, Vigneux-sur-Seine, Montgeron ou encore aux Ulis. À Saint-Michel-sur-Orge, un groupe d'une quarantaine de personnes s'en est pris au mobilier urbain.

Au total, 30 feux de voitures et 70 feux de poubelles ont été relevés à Paris et dans les départements de sa petite couronne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Ces chiffres sont les mêmes que l'an dernier, selon les pompiers, qui estiment qu'il n'y a pas eu "d'effet nuit d'Halloween". À titre de comparaison, 300 véhicules ont été brûlés pendant la nuit du 31 décembre 2017 au 1er janvier 2018.

Nuit agitée à Lyon, Strasbourg, Toulouse, Metz, Rennes ou Grenoble 

À Lyon aussi la nuit a été agitée en centre-ville, principalement dans le quartier de la place Bellecour. Des petits groupes ont mis le feu à des poubelles, brisé des vitrines, provoqué des mouvements de foules et jeté des projectiles sur les forces de l'ordre qui essayaient d'intervenir. 12 personnes ont été interpellées dont au moins 10 mineurs.

Des incidents ont également été signalés à Metz, Toulouse, Rive-de-Gier, Rennes, Strasbourg, Grenoble, en Moselle, près de Tours ou encore Vienne et Poitiers, avec à chaque fois des feux de poubelle ou de voitures. 

Une centaine d'interpellations en France

En tout, dans le pays, selon un bilan encore provisoire du ministère de l'Intérieur, 116 personnes ont été interpellées et 82 placées en garde à vue.

Pourtant, à en croire le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, cette nuit d'Halloween 2018 a eu "moins de gravité" que celle de l'an passé, "parce qu'on a anticipé" en déployant des renforts sur le territoire, soit 15.000 forces de l'ordre au total, dit-il ce jeudi matin. 

Le ministre qui insiste pour dire qu'il y a eu "bien moins de dégâts matériels" qu'une nuit de Nouvel An, et rappelle que Halloween "doit rester une fête" tout en dénonçant "l'appel à la purge" qui a été lancé cette année sur les réseaux sociaux, mais "la purge, ça n'est pas une blague". Christophe Castaner dit avoir porté plainte.