Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Voitures incendiées à Issoudun : les deux suspects voulaient masquer des tentatives de vol

lundi 4 juin 2018 à 12:53 Par Adèle Bossard, France Bleu Berry

La procureure de la République de Châteauroux a donné des précisions sur l'enquête concernant l'incendie de véhicules à Issoudun il y a une dizaine de jours. Deux hommes sont mis en examen et disent avoir voulu maquiller des tentatives de vol.

Le palais de justice de Châteauroux.
Le palais de justice de Châteauroux. - Capture d'écran Google Street View

Issoudun, France

L'enquête progresse après les incendies de voitures à Issoudun dans la nuit du 23 au 24 mai. La procureure de la République de Châteauroux, Stéphanie Aouine, a détaillé les avancées des enquêteurs.

Deux hommes ont été mis en examen vendredi soir, pour des chefs de tentative de vol de véhicule en réunion, vol de véhicule et dégradation par moyens dangereux. Il s'agit de deux Issoldunois, âgés de 33 et 41, et originaires respectivement de Châteauroux et de Vierzon.

Tous les deux sont défavorablement connus des services de justice. Le plus jeune a déjà été condamné à de multiples reprises pour des infractions routières, vol aggravé, dégradations. Il a été placé en détention provisoire. L'autre homme mis en examen avait deux infractions à son casier judiciaire et a été placé sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de se rendre à Issoudun. Il réside actuellement hors du département de l'Indre.

Des incendies pour masquer les tentatives de vol

La garde à vue des deux hommes a aussi permis d'en savoir plus sur les raisons de cet incendie. Les deux suspects résidaient tous les deux à Issoudun et se connaissaient. Au moment des faits, ils étaient alcoolisés, sous l'emprise de stupéfiants, et ils ont décidé de voler une voiture. À plusieurs reprises, ils n'y arrivent pas. Et c'est alors qu'ils ont mis le feu aux véhicules pour tenter de cacher leur tentative de vol. L'incendie s'est alors propagé à d'autres véhicules stationnés dans la rue.

L'information judiciaire doit maintenant permettre de définir le profil psychologique de la personne qui a été incarcérée, et qui souffrirait de troubles psychiatriques importants. Il s'agira de déterminer sa dangerosité sociale et psychiatrique

Pas de lien avec le coup de feu sur le domicile d'André Laignel

À ce stade de l'enquête, il n'y a pas de lien entre ces deux hommes et le coup de feu tiré sur le domicile du maire, André Laignel. C'est la section de recherche de Bourges qui est saisie de cet '"acte d'intimidation à l'encontre d'un élu". Pour le moment, "aucune piste n'est privilégiée mais on travaille à fermer des portes" précise la procureure de la République, Stéphanie Aouine.

L'actualité judiciaire a été chargée ces derniers jours à Issoudun, entre ces voitures incendiées, le coup de feu sur le domicile du maire, André Laignel, mais aussi les violences dans les tribunes lors de la demi-finale de la coupe de l'Indre de football ou, plus récemment, les vitres brisées en pleine nuit dans deux établissements scolaires de la ville.

"La délinquance n'est pas en hausse, ni à Issoudun ni dans l'Indre" - Stéphanie Aouine, procureure de la République de Châteauroux

Autant d'événements indépendants mais qui ne doivent pas faire penser que la délinquance est en hausse, veut rassurer la procureure de la République de Châteauroux, Stéphanie Aouine : "C'est vrai que nous avons été confrontés ces dernières semaines à un certain nombre d'événements sur l'ensemble du département, une activité judiciaire soutenue mais _les liens ne sont pas forcément évidents entre les uns et les autres_".

Stéphanie Aouine s'appuie notamment sur les chiffres de la délinquance. "Ils sont stables et ne dénotent pas de phénomène identifié sur tel ou tel endroit du département, explique-t-elle. _On reste en vigilance mais il n'y a pas à craindre de montée de la délinquance_".

Pas de nouvelles informations sur le meurtre d'une femme à Châteauroux

La procureure de la République n'a pas communiqué sur l'enquête après le meurtre d'une femme avenue Marcel Lemoine à Châteauroux. "C'est une enquête au long court qui se poursuit", dit-elle.