Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vol de panneaux solaires à Chapareillan : le mont Granier sans surveillance

mardi 19 juin 2018 à 16:22 Par Aurélie Berland, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

Les panneaux photovoltaïques qui alimentaient en électricité les instruments de mesure permettant de surveiller l'activité du mont Granier ont été volés à Chapareillan (Isère). Les habitants, dominés par la montagne, n'ont plus aucun moyen de savoir s'il y a un risque d'éboulement.

L'éboulement du 30 avril au Granier © Radio France - Francis Cattel
L'éboulement du 30 avril au Granier © Radio France - Francis Cattel © Radio France - Francis Cattel

Chapareillan, France

Les panneaux photovoltaïques disposés sur le mont Granier ont été volés. Le larcin a été constaté en fin de semaine dernière. Les habitants de Chapareillan (Isère), la commune voisine, ont de quoi être inquiets : ces panneaux alimentaient des outils qui pouvaient prévoir les éboulements à l'avance de la montagne et prévenaient les habitants du danger

Martine Venturini-Cochet, la maire de Chapareillan, n'a pas encore d'estimation des pertes. "Ce sont des appareils très cher. On ne sait pas encore s'ils seront remplacés. Mais même s'ils le sont, ce ne sera sûrement pas tout de suite".

Des installations qui ne fonctionnent plus

La décision appartient au laboratoire Isterre, le propriétaire des panneaux. C'est lui qui les avait installé en 2016, après une série d'éboulements. 150kg de matériel avaient été héliportés, en partenariat avec la mairie, pour surveiller les activités du Granier et les instruments qui permettaient de s'assurer que le mont Granier n'allait pas mettre les habitants en danger sont maintenant hors d'usage. 

Un extensomètre mesurait l'ouverture de la fissure principale du mont, et des capteurs sismiques enregistraient les craquements et les vibrations de la surface rocheuse. 

La maire de Chapareillan veut relativiser : "Même si l'on sait bien que ça peut se produire n'importe quand, il y a malgré tout peu de risques que l'on subisse des éboulements prochainement". Mais l'inquiétude est là et si risques il y a, les Chapareillannais ne pourront plus être alertés du danger. Par ailleurs, le laboratoire Isterre a déposé une plainte, et une enquête est en cours.