Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Vol de robes au Comité Miss France : les voleurs pourraient être des fétichistes, pense Geneviève de Fontenay

Par

Après le vol d'une quarantaine de robes de mariée au Comité Miss France à Saint Cloud, Geneviève de Fontenay, la présidente du Comité, s'est confiée ce jeudi à France Bleu Paris. Elle veut tourner la page et elle pense que les cambrioleurs pourraient très bien être des fétichistes.

Geneviève de Fontenay pense que les voleurs pourraient être des fétichistes. Geneviève de Fontenay pense que les voleurs pourraient être des fétichistes.
Geneviève de Fontenay pense que les voleurs pourraient être des fétichistes. © Maxppp - CLEMENT MAHOUDEAU

Quarante robes de mariée ont été volées dans le local du Comité Miss France dans la nuit de mardi à mercredi à Saint Cloud (Hauts-de-Seine). Avec les robes, les cambrioleurs ont emporté un morceau de l'histoire de Geneviève de Fontenay, la présidente de ce Comité. Madame de Fontenay s'est confiée ce jeudi à Romain Ambro de France Bleu Paris. Elle se souvient que, quand elle est entrée dans le local du Comité, elle a eu un choc : "Sur les tringles, tout d'un coup, il n'y avait plus de robes".

Publicité
Logo France Bleu

Ce cambriolage "me fait de la peine, ce sont des années de ma vie qui s'envolent", dit-elle. Elle a reçu des messages de soutien : "C'est moche, c'est méchant, disent les gens", raconte la présidente du Comité Miss France.

Qui a bien pu voler les robes des Miss ?

Qui sont le ou les cambrioleurs ? Madame de Fontenay a sa petite idée sur la question. Elle se demande s'il n'y a pas une sorte de fétichisme, derrière tout ça, si le voleur n'a pas été excité à l'idée que ce sont des robes qui ont été portées par des Miss. "J'ai l'impression que c'est quelqu'un qui est obsédé par des jolie femmes, des jolies filles", analyse Geneviève de Fontenay qui ne comprend pas comment ces robes si encombrantes ont été emportées.

loading

Les robes devaient être données à Emmaüs

Celle que l'on surnomme la Dame au chapeau avait déjà donné des robes et elle pensait donner ces robes de mariée, portées par des Miss France aux élections nationales, à Emmaüs.  

C'est plus la peine de venir, il n'y a plus rien à prendre"   

Geneviève de Fontenay n'a plus de robes mais elle a toujours ses chapeaux. "On croit que j'en ai beaucoup mais je n'en possède que trois et ils ne s'usent pas", explique-t-elle en riant. 

loading

Avec le recul, Madame de Fontenay a fait la part des choses. A 86 ans, elle estime que sa vie est derrière elle et même si, mercredi, le vol l'a choquée, ce jeudi elle a décidé de "ne pas se prendre la tête avec ça. Le fait que j'ai 86 ans, dit-elle_, me permet de pouvoir raisonner_".  

Pas de plainte ni d'enquête

Geneviève de Fontenay explique que les policiers sont venus mais qu'il n'y aura pas de suites. "Les policiers ont autre chose à faire que de chercher des robes", assure Geneviève de Fontenay. "Ça ne vaut pas le coup de mobiliser des policiers. Ce n'est pas grave en soi."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu