Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vol de ruches dans le Roannais: les essaims attisent la convoitise

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les gendarmes du Rhône ont retrouvé la trace des ruches volées chez Bernard Nicollet, au Cergne dans le Roannais, au mois de mars dernier. Les abeilles sont dans le Finistère, chez un stagiaire de l'apiculteur ligérien, qui dit les avoir achetées. Le syndicat départemental de l'apiculture de la Loire s'étonne de cette affaire.

Des abeilles devant une ruche.
Des abeilles devant une ruche. © Fotolia

C'est la brigade de gendarmerie de Bourg-de-Thizy dans le Rhône, qui s'est chargée de l'enquête. Elle a épluché tous les contacts de l'apiculteur du Cergne. Et notamment les stagiaires qu'il a formés : il fallait en effet que le voleur connaisse un minimum les abeilles pour pouvoir embarquer avec lui soixante-et-une ruches sans encombre. Et c'est chez un de ces stagiaires que les gendarmes ont localisé les ruches la semaine dernière à Plouzané dans le Finistère. L'apprenti apiculteur, un homme d'une cinquantaine d'années, a été auditionné comme témoin. Il admet que les ruches en sa possession sont celles de son formateur roannais, mais dit les avoir achetées. L'apiculteur du Cergne réfute cette explication, d'autant que la saison des essaims a lieu en ce moment. Or, la production d'essaims c'est sa spécialité. Il n'avait donc aucun intérêt à vendre ses ruches à cette période de l'année.

Gare aux arnaques aux assurances

Une telle quantité de ruches qui se volatilisent en une seule fois, c'est assez rare. En revanche, selon le Syndicat départemental d'apiculture de la Loire, les vols de quelques ruches par-ci par-là se multiplient. Parce que l'apiculture est de plus en plus médiatisée, et les prix des essaims aussi. Selon un formateur du syndicat, le cours est actuellement de 130 euros et cela attire les convoitises. D'ailleurs les apiculteurs ligériens sont de plus en plus discrets sur les lieux d'implantation de leurs ruchers. Mais pour le syndicat, il y a une autre explication à ces vols chez les apiculteurs : les arnaques aux assurances.

Apiculteur suites SON

Bernard Nicollet espère pouvoir se rendre dans le Finistère dans les deux prochaines semaines pour récupérer ses ruches et ses abeilles, et les rapatrier dans la Loire au plus vite. Il attend le feu vert du parquet de Villefranche-sur-Saône, en charge de l'affaire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess