Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vol du dossier médical de Schumacher : un suspect se pend en prison

mercredi 6 août 2014 à 16:26 France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

Un homme, soupçonné d'avoir joué un rôle dans le vol du dossier médical de Michael Schumacher à l'hôpital, a été retrouvé mort, pendu, mercredi matin à Zurich. Il avait été arrêté la veille et placé en détention provisoire.

Michael Schumacher aura passé près de six mois à l'hôpital de Grenoble
Michael Schumacher aura passé près de six mois à l'hôpital de Grenoble © Radio France - Laurent Gallien

Soupçonné d'être l'auteur du vol du dossier médical de Michael Schumacher, ou du moins d'être lié à ce méfait, un homme s'est pendu, mercredi matin ou dans la nuit de mardi à mercredi , dans sa cellule, à Zurich. Il était en détention provisoire, après avoir été arrêté mardi. Son corps sans vie a été retrouvé mercredi matin. 

Fin juin, l'hôpital de Grenoble a porté plainte pour le vol du dossier médical de Michael Schumacher, qui y a passé près de six mois, entre son grave accident de ski et son transfert dans un établissement de Lausanne, après sa sortie du coma. Le suspect qui s'est pendu ce mercredi, employé d'une société suisse de secours aérien, avait notamment participé au rapatriement du coureur de la France vers la Suisse , quelques jours plus tôt. 

L'hôpital craignait que des données confidentielles sur la santé de Michael Schumacher ne soient divulguées aux médias en échange de sommes d'argent énormes, au moins 50.000 euros.