Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vols dans le métro : les touristes peuvent porter plainte directement en station

mercredi 29 août 2018 à 19:06 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris et France Bleu

Pendant six mois, la RATP, la Préfecture de Police et le parquet de Paris expérimentent un nouveau dispositif pour permettre aux touristes étrangers victimes d'un vol dans les transports de porter plainte, directement en station, auprès d'un agent de la RATP.

La police des transports de Paris
La police des transports de Paris © Radio France - Sylvie Charbonnier

Paris, France

L'expérimentation a débuté le 20 août dernier, dans six stations du métro parisien (Opéra, Franklin-Rossevelt, Anvers, Saint-Michel-Notre-Dame, Hotel de Ville et Charles de Gaulle-Etoile) et pour une durée de six mois. Les six stations testées, sont parmi les plus fréquentées par les touristes. Des touristes, qui, lorsqu'ils sont victimes d'un vol à l'arraché, n'ont n'a pas forcément le temps de se rendre dans un commissariat pour un dépôt de plainte. 

Il leur est donc désormais possible, d'effectuer la même démarche, mais plus simplement, en demandant un formulaire, français-anglais, à un agent de la RATP. Le formulaire rempli est ensuite transmis à la police des transports et au procureur de la République, et a donc valeur de plainte. Cela permet à la victime de faire jouer son assurance et de demander, éventuellement, auprès de son ambassade, le renouvellement de ses papiers d'identité. 

Des conditions précises

Tous les touristes n'ont, cependant, pas accès à ce nouveau dispositif. Il faut que le préjudice soit inférieur à 1.000 euros, que la victime soit étrangère et majeure, qu'il n'y ait eu aucune violence, lors du vol et que l'auteur n'ait pas été identifié. Dans les autres cas, les touristes devront toujours passer par un commissariat pour un dépôt de plainte classique. 

Une meilleure connaissance pour la police des transports

Si le dispositif testé permet de simplifier les démarches pour les touristes, il présente aussi comme avantage une meilleure visibilité de la délinquance pour la police des transports. En effet, les touristes, souvent pressés, ne prennent pas le temps de déposer plainte. Le nombre des actes délictueux dans le métro, notamment les vols à l'arraché, est donc difficile à connaitre avec précision. 

C'est ce que les policiers appellent les chiffres gris de la délinquance : ce nombre indéterminé d'actes qui ne sont pas signalés. Avec la simplification des plaintes, la police des transport aura donc une meilleure connaissance du nombre réel de délits et pourra donc, du même coup, adapter son travail de prévention.