Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vorly : un couple poursuivi pour esclavagisme

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Une affaire d'esclavagisme moderne devant le tribunal de grande instance de Bourges : un couple de dentistes roumains de Dun-sur-Auron a comparu mercredi pour traite d'être humain et travail dissimulé. Les faits auraient duré deux ans (du printemps 2014 au printemps 2016) au château de Vorly.

Une nouvelle affaire d'esclavagisme devant le TGI de Bourges
Une nouvelle affaire d'esclavagisme devant le TGI de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Une orpheline roumaine de 37 ans à l'époque a passé un peu plus de deux ans au service de ce couple qui vivait au château de Vorly. Elle aurait travaillé sans relâche, s'occupant de la maison, de la fille du couple et même du ménage au cabinet dentaire, tout cela pour 250 euros par mois. Sans repos et  dans des conditions d'hébergement indignes. Les faits semblent graves mais les preuves minces. C'est une relation pour le moins complexe qui unissait cette dame de 37 ans et ce couple de dentistes roumains, mais pour la procureure, les faits sont établis : Maria était à la fois la gouvernante, et la femme à tout faire

Il n'y a pas les Thénardier d'un côté et Cosette de l'autre - Maître Margulis, l'avocat des prévenus

La jeune femme explique qu'elle travaillait 7j sur 7, de 5h à 1h du matin, se nourrissant principalement de gâteaux secs. Elle faisait le ménage, s'occupait également des animaux, dans une relation de dépendance affective, elle qui n'a jamais eu de mère. Le couple réfute tout en bloc : c'est elle qui prenait l'initiative de travailler autant. On la considérait comme notre fille ! Le couple lui a d'ailleurs payé un scooter et la jeune femme était libre de ses mouvements. A aucun moment elle n'a cherché refuge ailleurs. Dans cette affaire, il n'y a pas les Thénardier d'un côté et Cosette de l'autre, plaidera Me Margulis pour la défense, juste la vengeance d'une jeune femme qui s'est sentie rejetée quand le couple lui a demandé de partir.

Jugement en délibéré au 17 mars

Le comité contre l'esclavage moderne, partie civile a réclamé par l'entremise de Me Coralie Monicault 96.000 euros de dommages et intérêt pour la jeune femme et 20.000 euros au titre du préjudice moral. La procureure a requis deux ans de prison avec sursis à l'encontre du couple de dentistes avec obligation de quitter le territoire. Le jugement est mis en délibéré au 17 mars. Le couple est également poursuivi pour travail dissimulé concernant quatre autres employés Roumains, eux aussi hébergés dans des conditions indignes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess