Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vosges : les mauvais chiffres de la sécurité routière en octobre

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Malgré le durcissement du barème des suspensions administratives du permis de conduire, la délinquance routière augmente dans les Vosges. Les policiers de terrain tirent une nouvelle fois la sonnette d'alarme.

Le brigadier-chef Granhaye responsable de la brigade accidents et délits routiers d'Epinal
Le brigadier-chef Granhaye responsable de la brigade accidents et délits routiers d'Epinal © Radio France - Hervé Toutain

L'insécurité routière progresse toujours dans les Vosges, malgré une répression accrue. 25 délits routiers ont déjà été comptabilisés les trois premières semaines du mois d'octobre, contre 8 seulement en 2017 à la même période, dans le secteur Epinal-Golbey-Chanteraine. 

En cause principalement, la conduite sans permis et/ou sans assurance, mais également l'alcool et les stupéfiants au volant

"J'ai l'impression que quoi que l'on fasse, ça ne change rien, les gens n'écoutent pas" se désole le brigadier-chef Nathalie Grandhaye, responsable de la brigade accidents et délits routiers. Les procédures, souvent longues, se multiplient avec des conséquences graves.

Cercle vicieux

Sur la route, les comportements dangereux s'expliquent en partie par le durcissement même de la répression. Les récidivistes, qui ont été privés de permis de conduire, n'hésitent plus à reprendre le volant quand même. Situation identique pour ceux qui n'ont plus d'assurance.

Alors, que faut-il faire ? "La peur du gendarme ou du policier n'agit plus" constate amèrement le commandant Aain Meltz. Le chef d'État-Major de la sécurité publique des Vosges estime insuffisant de multiplier les contrôles. "Il faut", dit-il, "éduquer à la sécurité routière dès le plus jeune âge. On apprend bien aux enfants à l'école à respecter l'environnement", conclut le commandant Meltz.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess