Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Vosges : un gilet jaune mis en examen pour avoir dégradé une voiture de police à Épinal

samedi 12 janvier 2019 à 9:25 Par Mélanie Juvé, France Bleu Sud Lorraine

Un homme de 28 ans a été mis en examen ce vendredi pour avoir participé à la dégradation d'un véhicule de police lors de la manifestation régionale à Épinal samedi dernier.

Lors de la manifestation spinalienne, les gilets jaunes avaient marqué une halte devant le palais de justice.
Lors de la manifestation spinalienne, les gilets jaunes avaient marqué une halte devant le palais de justice. © Radio France - Isabelle Baudriller

Épinal, France

Il avait été interpellé par les hommes du RAID à son domicile à Pont-à-Mousson. Un gilet jaune de 28 ans a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire ce vendredi soir soir indique le parquet d’Épinal. 

Il est soupçonné d'avoir participé au caillassage et renversement d'une voiture de police samedi 5 janvier à Épinal. Des débordements et dégradations avaient entaché la manifestation régionale des gilets jaune.

Reconnu grâce aux caméras de surveillance

Une voiture de la police avait été dégradée à coups de pieds, de poings et de pierres, "retournée et traînée sur quelques mètres", par plusieurs personnes, a précisé le procureur de la république d’Épinal. Le suspect a été identifié sur des bandes de vidéosurveillance. Lors de sa garde à vue, il a reconnu en partie les faits. 

Le suspect n'a pas été placé en détention provisoire, c'est pourquoi le parquet d’Épinal compte faire appel de la décision du juge des libertés lundi prochain.