Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vosges : un homme interpellé tousse en direction des gendarmes en leur disant "avoir la covid-19"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Interpellé suite à un appel pour des violences intrafamiliales le 22 septembre, un homme, après avoir tenté de prendre une arme à un militaire, a baissé son masque et a toussé en direction des gendarmes en leur disant être malade de la Covid-19. Fiévreux, hospitalisé, il a été testé négatif.

Les gendarmes des Vosges intervenaient le 22 septembre pour des violences intrafamiliales
Les gendarmes des Vosges intervenaient le 22 septembre pour des violences intrafamiliales © Radio France - Luc Chemla

Dans les Vosges, un homme est condamné à dix mois de prison dont six mois avec sursis et une mise à l'épreuve de deux ans suite à des violences à l'encontre de gendarmes, appelés pour des violences intrafamiliales.  

Interpellé le mardi 22 septembre sur la voie publique, l'homme dans la voiture, frappe alors une fenêtre, révèlent les gendarmes, tente de prendre une arme à un militaire en criant "je vais vous tuer", puis "il baisse son masque et tousse à plusieurs reprises en direction des gendarmes en déclarant avoir la Covid-19".  

Toujours selon les gendarmes, arrivé " à l'unité, le mis en cause s'emporte à nouveau, tousse bruyamment en direction des gendarmes puis devient fébrile". Fiévreux, il est évacué vers un centre hospitalier "pour soins et dépistage Covid... qui se révélera heureusement négatif". L'homme doit également verser 500 euros de dommages et intérêts à chaque gendarme de la patrouille. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess