Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vrai inceste ou faux souvenirs induits : la justice a tranché à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Une habitante de Loupiac accusait son père d'agressions sexuelles, 30 ans après les faits. La Cour d'appel de Bordeaux vient de confirmer la décision prise en première instance. Elle n'a pas inventé. Il y a bien eu attouchements.

Le palais de justice de Bordeaux
Le palais de justice de Bordeaux © Radio France

Vrai inceste ou faux souvenirs induits ? La Cour d'appel de Bordeaux a tranché, et a estimé, comme en première instance en 2013, qu'il y a bien eu agressions sexuelles de la part d'un père, sur sa fille, il y a 30 ans. Il est condamné à lui verser, au titre du préjudice moral, 15.000 euros .C'est en 2007 que cette habitante de Loupiac, âgée de 39 ans aujourd'hui, dépose plainte et accuse son père de 66 ans, de l'avoir violée entre 1985 et 1988, alors qu'elle avait une dizaine d'années. Accusation portée après la consultation d'un coach en développement personnel, un "thérapeute de pacotille" selon maître Picotin, l'avocat du père dévasté depuis le début de l'histoire. Elle "n'est pas une affabulatrice" avait argumenté Patricia Gravellier l'avocate de la plaignante, à l'audience.

L'argument des faux souvenirs induits ne tient pas

Il ne s'agit donc pas de faux souvenirs induits comme a tenté de le prouver l'avocat du père : une histoire née de ses échanges récents avec un coach en développement personnel, consulté dans une période où elle n'allait pas bien, qui l'aurait poussé à porter plainte. C'est un phénomène venu des États-Unis . Ce sont des pseudo-thérapeutes selon lui, qui construisent dans l'esprit de leur patient mal dans leur peau, des souvenirs prétendument refoulés de l'enfance , une sorte de manipulation de leur mémoire, à laquelle ils finiraient par croire dur comme fer.

Sa cousine affirme aussi avoir été agressé

Dans ce cas précis, selon l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Bordeaux, il y a bien eu inceste , il y a 30 ans. Ce ne sont pas ses visites chez ce coach qui ont entraîné le dépôt de plainte. Elle avait déjà confié par le passé, qu'elle avait été victime d'attouchements sexuels, à son mari, à son frère et à une amie. La Cour d'Appel a également retenu comme éléments de preuves , ses résultats scolaires en baisse et ses absences répétées à l'époque. Ainsi que le témoignage d'une cousine qui assure également avoir été agressé par son oncle, un soir de 1984 .

Elle n'a rien inventé selon la justice

Choix de la station

À venir dansDanssecondess