Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Washington impose des droits de douane supplémentaires sur des produits français, dont le vin

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Gironde, France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Occitanie

De nouvelles taxes de douane sur des produits français viennent s'ajouter à celle de 2019, a annoncé Washington ce mercredi, dans le cadre du litige entre Boeing et Airbus. Elles concerneront les vins non pétillants, moûts de raisin et cognacs ainsi que des pièces détachées aéronautiques.

Cette nouvelle offensive augmente de 25% les droits de douanes sur les vins non pétillants, moûts de raisin et cognacs.
Cette nouvelle offensive augmente de 25% les droits de douanes sur les vins non pétillants, moûts de raisin et cognacs. © AFP - PHILIPPE ROY / AURIMAGES

Trois semaines avant la transition présidentielle, l'administration Trump a annoncé ce mercredi soir imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits européens. Elle estime que l'Union européenne a prélevé trop de taxes sur des produits américains dans le cadre du litige entre Boeing et Airbus.

Cette nouvelle offensive vise des produits français et allemands, des pièces détachées aéronautiques, vins non pétillants et cognacs, qui se verront appliquer des droits de douane plus élevés pour traverser l'Atlantique, selon un communiqué publié par le représentant américain au Commerce (USTR). 

Cette nouvelle offensive, applicable le 12 janvier, vise les produits français et allemands en augmentant de 25% des droits de douanes sur les vins non pétillants, moûts de raisin et cognacs, et de 15% sur les pièces de fuselage, d'empennage et autres pièces aéronautiques (jusque-là épargnées alors que les avions complets étaient déjà taxés à 15%), selon une liste publiée ce jeudi par le représentant américain au Commerce (USTR).

Ces taxes s'ajouteront à celles déjà imposées depuis 2019 sur des importations européennes comme le vin, le fromage, l'huile d'olive ou le whisky, ainsi que sur les avions Airbus.

"Cette action unilatérale perturbe les négociations en cours"

"Cette action américaine unilatérale perturbe les négociations en cours entre la Commission et le représentant américain au Commerce pour trouver un règlement dans le long conflit entre les avionneurs (Boeing et Airbus, ndlr)", a réagi la Commission européenne dans un communiqué jeudi. "L'UE va collaborer avec la nouvelle administration américaine le plus tôt possible pour poursuivre ces négociations et trouver une solution pérenne à cette dispute", ajoute l'exécutif européen.

"Le marché le plus important au monde pour les vins"

"On redoutait l'escalade du conflit, on y est, et ça va durer", a déploré auprès de l'AFP le président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux français (FEVS), César Giron, estimant que le manque à gagner pourrait dépasser le milliard d'euros pour la filière viticole. La filière française des vins et spiritueux est "sacrifiée pour un différend sur l'aéronautique", dénonce la Fédération.

La première salve de taxes, cumulée avec la pandémie de Covid-19, a divisé les exportations de vins en bouteille par deux, causant un manque à gagner de 600 millions d'euros, selon la Fédération. "La deuxième vague est encore plus puissante que la première", a relevé le président de la Fédération, rappelant que les Etats-Unis était "le marché le plus important au monde pour les vins et spiritueux".

La FEVS appelle l'UE à "mettre un coup de collier pour résoudre enfin ce conflit entre Airbus et Boeing" et à "compenser les entreprises françaises et européennes qui sont les dommages collatéraux de ce conflit interminable". La Fédération demande aussi au gouvernement français de soutenir la filière. "Il fait la sourde oreille", a reproché M. Giron.

De son côté, la filière cognac "prend acte de l'annonce de l'administration américaine" et "ne peut que regretter d'être impliquée dans un contentieux aéronautique qui ne la concerne pas", a indiqué à l'AFP le Bureau national interprofessionnel du cognac.

Airbus et son concurrent américain Boeing, et à travers eux l'Union européenne et les Etats-Unis, s'affrontent depuis octobre 2004 devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales, dans le conflit commercial le plus long et le plus compliqué traité par le juge de paix des échanges mondiaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess