Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Castaner appelle les policiers "à l'exemplarité" : "profonde amertume" dans les rangs des forces de l'ordre

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le malaise grandit au sein de la police. Violences ou bavures d'un côté, de l'autre, deux suicides dans les rangs des forces de l'ordre lundi, et la mort en service d'un policier près de Lyon. Le ministre de l'Intérieur demande "l'exemplarité", les syndicats, eux, veulent être soutenus.

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur
Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur © Maxppp - Thomas Brégardis

Moselle, France

Des rassemblements silencieux prévus dans toute la France, ce mardi, après la mort de Franck Labois, fonctionnaire de la sûreté départementale décédé lundi des suite de ses blessures après avoir été renversé par un fourgon ce weekend près de Lyon. Franck Labois avait commencé sa carrière à Metz. Lundi a été une journée noire pour la police, puisque deux agents des forces de l'ordre ont mis fin à leurs jours, à Rennes et à Saint-Nazaire. 

Tout cela, dans un contexte où la police est montrée du doigt après plusieurs dérapages dramatiques ces derniers jours : des violences contre des manifestants anti-réforme des retraites, la mort par asphyxie du livreur Cédric Chouviat. Christophe Castaner a d'ailleurs appelé les policiers à "l'exemplarité et à l'éthique", "ce qui a suscité une profonde amertume" dans les rangs des policiers, explique William Wullemann, secrétaire régional adjoint du syndicat de police Alliance.

Si nos collègues ne faisaient pas preuve d'un sans-froid et d'un professionnalisme exemplaire, je vous laisse imaginer le bilan qu'il pourrait y avoir."

"La situation est extrêmement tendue et compliquée pour les forces de l'ordre. Depuis des années, nous sommes confrontés à une délinquance de plus en plus violente et jusqu'au-boutiste, dit-il, évoquant à la fois le terrorisme et le droit commun, et depuis quelques mois, à des manifestations qui dégénèrent en véritables guérillas urbaines, dans un tel contexte, si nos collègues ne faisaient pas preuve d'un sans-froid et d'un professionnalisme exemplaire, je vous laisse imaginer le bilan qu'il pourrait y avoir".  

Il ne s'agit pas de revendiquer le droit de faire tout et n'importe quoi."

Pourtant, les violences policières existent, elles aussi, et l'opinion publique a été choquée par les images de probables tirs de LBD à bout portant ou de matraquage lors des dernières manifestations, notamment à Paris. "Il ne s'agit pas de revendiquer le droit de faire tout et n'importe quoi, reconnaît William Wullemann. S'il y a une suspicion, il y a enquête, et si elle est avérée, il y a une sanction lourde. Mais dans le contexte, nous aimerions avoir une marque de confiance de la part de nos gouvernants."

William Wullemann évoque "la fatigue physique, nerveuse", dans les rangs de la police et demande aux manifestants "de respecter les policiers et leurs injonctions. Dans de nombreuses situations, si tel avait été le cas, nous n'aurions pas eu les situations qui s'en sont suivies. Les policiers sont là pour encadrer et permettre aux manifestants de pouvoir exprimer leurs revendications en toute tranquillité."

William Wulleman, invité de France Bleu Lorraine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu