Faits divers – Justice

Homme blessé à Saverne : les gendarmes ont réagi correctement selon le procureur

Par Olivia Cohen et Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 31 janvier 2017 à 18:58

Les gendarmes ont ouvert le feu après les sommations d'usage lorsqu'il a sorti une arme, sa compagne a fait de même
Les gendarmes ont ouvert le feu après les sommations d'usage lorsqu'il a sorti une arme, sa compagne a fait de même © Maxppp -

A Saint-Jean-Saverne, un homme de 43 ans a été gravement blessé ce lundi par deux gendarmes voulant l'arrêter après un vol d'essence, alors qu'il était muni d'armes factices : ce mardi, le procureur de la République de Saverne Philippe Vannier estime leur réaction "justifiée et proportionnée".

A Saint-Jean-Saverne, ce lundi, un homme de 43 ans avait quitté une station-service sans régler le prix de l'essence. Deux gendarmes ont par la suite tenté de l'interpeller, le blessant gravement. Les deux gendarmes ont été placés en garde à vue avant de pouvoir rentrer chez eux. Ce mardi, le procureur de la République de Saverne Philippe Vannier estime que, dans l'état actuel de l'enquête, la réaction des deux gendarmes est "justifiée et proportionnée".

L'homme gravement blessé était recherché pour vol de carburant

Peu de temps avant la blessure, vers 10h30 ce lundi matin, le quadragénaire, accompagné de sa concubine, se rend dans une station-service du centre-ville de Saverne pour faire le plein de leurs scooters. Le plein en question était de 11,28 euros. Le couple a refusé de payer, menaçant le personnel de la station-service avec leurs armes. Le pompiste mémorise le numéro de la plaque et donne l'alerte.

Des armes factices très réalistes

20 minutes plus tard, à 10h50, deux gendarmes de la brigade de Saverne se présentent au domicile du couple à Saint-Jean-Saverne. L'homme a alors exhibé son arme, imité par sa compagne. Il s'agirait d'"armes factices très réalistes" selon le procureur.

Les gendarmes ont ouvert le feu à huit reprises, après les sommations d'usage. Une balle touche l'homme à l'abdomen : il reste ce mardi soir dans un état grave à l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg. Sa compagne, 35 ans, a été placée dans un établissement psychiatrique.