Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des dealers de Périgueux utilisaient Snapchat pour faire la publicité de leurs produits

L'antenne périgourdine de la police judiciaire de Bordeaux vient de démanteler à Périgueux un réseau de trafiquants d'herbe et de résine de cannabis. Les dealers faisaient la promotion de leurs produits sur Snapchat.

Périgueux : les dealers faisaient leur publicité sur Snapchat
Périgueux : les dealers faisaient leur publicité sur Snapchat © Radio France - Emmanuel Claverie

"Vous satisfaire est notre priorité", "Imité mais jamais égalé" "numéro 1 sur Périgueux". À Périgueux en Dordogne, des dealers utilisaient toutes les ficelles de la publicité pour vendre herbe et résine de cannabis sur Snapchat, l'un des réseaux sociaux préférés des jeunes. Le réseau vient d'être démantelé par l'antenne périgourdine de la police judiciaire de Bordeaux. 

Au total, 14 personnes ont été interpellées, dont trois originaires de Limoges et une d'Agen. Neuf ont été mises en examen au terme de l'enquête débutée en mai dernier.

Les enquêteurs se sont fait passer pour des clients

Les dealers faisaient leur publicité sur Snapchat
Les dealers faisaient leur publicité sur Snapchat © Radio France - Emmanuel Claverie

Les enquêteurs n'ont eu aucun mal à remonter le réseau. Il leur a suffi de se faire passer pour des clients. Les interpellations se sont déroulées en plusieurs vagues, et ont permis de mettre au jour un trafic bien organisé. 

Au bas de la pyramide, les "charbonneurs" et les "jobeurs", autrement dit les petites mains, vendaient la drogue dans des lieux qui changeaient régulièrement : la rue Barbecane ou la place Mauvard à Périgueux, ou encore des hôtels de Boulazac. À l'étage au dessus de l'organisation, d'autres avaient pour mission de détailler et de conditionner la résine et l'herbe et alimentaient Snapchat en stories publicitaires, le tout sous le contrôle d'un "superviseur", originaire de Dordogne, et qui lui n'a pas encore été interpellé. 

Un réseau piloté depuis une cellule de prison

Enfin deux hommes sont considérés comme étant les têtes pensantes du réseau. Un Agenais de 22 ans, déjà condamné pour trafic de stupéfiants, pilotait le réseau depuis la cellule de sa prison d'Eysses à Villeneuve-sur-Lot. Le deuxième chef, un Limougeaud de 24 ans résidant en Espagne approvisionnait le réseau depuis le Maroc. Actuellement en fuite, un mandat d'arrêt international a été lancé à son encontre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu