Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Xynthia, dix ans après : on craignait les vents violents, c'est la submersion marine qui a tué

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Depuis la tempête Xynthia, il y a dix ans, en février 2010, le dispositif de vigilance de Météo-France a dû être revu : il ne prenait pas en compte le risque de submersion marine. Provoquée par la hausse du niveau de la mer, c'est pourtant elle qui a tué, et non les vents violents annoncés.

Lors de la tempête Xynthia, le risque de submersion a été négligé. Ici au camping de la plage à Aytré, quatre jours après la tempête.
Lors de la tempête Xynthia, le risque de submersion a été négligé. Ici au camping de la plage à Aytré, quatre jours après la tempête. © Radio France - François Petitdemange

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia frappe la Charente-Maritime et la Vendée. Quatre départements sont alors placés en vigilance rouge pour les risques de vents violents par Météo-France : Charente-Maritime et Vendée, mais aussi les Deux-Sèvres et la Vienne. Météo-France prévient alors : "Une très forte tempête traversera le pays dimanche. Les vents seront violents sur le centre-ouest. Débordements prévisibles de cours d'eau atlantique". Et l'organisme renvoie vers la carte des crues des rivières...

La carte de vigilance de Météo-France pour la période du 27 février 2010 au 28 février à 16h00 (actualisée à 19h30 le 27 février 2010). - Aucun(e)
La carte de vigilance de Météo-France pour la période du 27 février 2010 au 28 février à 16h00 (actualisée à 19h30 le 27 février 2010). - Otourly / Wikipedia

Protégées du vent, les voitures finissent... noyées

Ce système d'alerte météo date des tempêtes Martin et Lothar de 1999, les pires tempêtes qu'ait connues la France contemporaine. A cette époque, aucun dispositif ne permet de prévenir la population de l'imminence de la catastrophe. Des leçons en ont donc été tirées, et cette carte de vigilance créée. La petite histoire raconte qu'un journaliste rochelais a consciencieusement rangé toutes les voitures de sa rédaction dans leur garage souterrain. Il se souvenait de 99 : elles avaient été dévastées par les branches d'arbres. Ce 28 février 2010, toutes les voitures finiront... noyées.

Les basses pressions et les forts vents ont provoqué une élévation du niveau de la mer rarement atteinte - Météo-France

Car en ce dimanche matin, très tôt, ce ne sont pas les vents violents qui sont les plus dévastateurs. Cette fois, c'est un phénomène oublié qui frappe : la submersion marine. Un phénomène de "surcote" accompagne en fait la tempête Xynthia. Météo-France explique après coup : "les basses pressions et les forts vents ont provoqué une élévation du niveau de la mer rarement atteinte, de l'ordre de 1,50 m à La Rochelle, selon les observations réalisées par le SHOM. Comme Xynthia est arrivée sur les côtes françaises au moment de la pleine mer d'une marée d'équinoxe à fort coefficient (102), la coïncidence des deux phénomènes a provoqué d'importantes inondations dans les zones littorales de la Vendée et de la Charente Maritime".

Les vents eux-mêmes n'atteignent pas "le caractère exceptionnel des tempêtes Lothar et Martin de décembre 1999, ni celui de  Klaus de janvier 2009", précise Météo-France. Les "rafales maximales relevées en plaine, de 160km/h sur le littoral et de 120km/h à 130 km/h dans l'intérieur des terres, sont inférieures à celles enregistrées lors des événements de 1999 et 2009, où l'on relevait près de 200 km/h sur le littoral et 150 à 160 km/h dans l'intérieur des terres".

L’information est un maillon essentiel de la prévention des risques - la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet

Plus d'un an et demi après, en octobre 2011, un nouveau dispositif intègre la carte de Météo-France : la vigilance vagues-submersion. Elle est le fruit d'un travail conjoint de Météo-France, la Sécurité Civile, le SHOM (le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, celui qui détermine les horaires et les coefficients de marée), et l'Etat.

La ministre de l'époque, Nathalie Kosciusko-Morizet, souligne "le travail remarquable de l’ensemble des acteurs concernés". Elle conclut : "L’information est un maillon essentiel de la prévention des risques naturels, car, mieux informés, les Français sont mieux protégés".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu