Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : SÉRIE - Xynthia : la vie, dix ans après la tempête

Xynthia : la vie, dix ans après la tempête (4/10) - Claude et Laurent, les valeureux

-
Par , France Bleu Loire Océan
La Faute-sur-Mer, France

SERIE - Dix ans après la tempête, France Bleu prend des nouvelles des Vendéens touchés par Xynthia. Claude et Laurent rentraient de la pêche cette nuit-là et ont aidé des voisins à quitter leur quartier inondé.

Le 28 février 2010, Claude et Laurent ont aidé les pompiers à évacuer leurs voisins réfugiés sur le toit des maisons.
Le 28 février 2010, Claude et Laurent ont aidé les pompiers à évacuer leurs voisins réfugiés sur le toit des maisons. © Radio France - Victoria Koussa

Quand Claude Rossignol et Laurent Roblet rentrent de la pêche, dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 février 2010, ils ne s'attendent pas à retrouver la mer dans leur lotissement de La Faute-sur-Mer (Vendée). Ils ne le savent pas, mais 29 de leurs voisins sont morts noyés dans leur maison, après le passage de la tempête Xynthia. Situé en contrebas du Lay, le quartier s'est transformé en cuvette. L'eau qui est passée au dessus de la digue a rapidement pénétré et stagné dans les maisons, montant parfois à plus de deux mètres, ne laissant aucune chance aux habitants qui n'avaient pas d'étage.

ÉCOUTEZ - Claude et Laurent racontent comment ils ont aidé leurs voisins réfugiés pour certains sur les toits.

"Des gens étaient en slip réfugiés sur leur toit"

Chaque nuit, depuis Xynthia, les deux marins-pêcheurs se réveillent à la même heure. L'heure à laquelle ils ont découvert l'ampleur des dégâts, en voyant notamment des cadavres en arrivant près de la digue. 

ÉCOUTEZ - Claude et Laurent, deux marins pêcheurs, habitaient dans l'un des quartiers ravagés par l'eau.

Ces vieux amis continuent d'aller en mer, mais beaucoup d'autres ont quitté les lieux. Est-ce l'effet Xynthia ? "On sait juste qu'il n'y a presque plus personne sur le port... Il y a moitié moins de professionnels de la mer, les jeunes sont partis", déplore Claude, le marin-pêcheur. Après la catastrophe, en 2010, le GIE (Groupement d’intérêt économique) des pêcheurs de l’Aiguillon et le Corepem (Comité régional des pêches et des élevages marins des Pays de Loire) avaient estimé que chacun des quarante bateaux de L'Aiguillon-sur-Mer allait perdre 100.000 euros sur la fin de la saison de la civelle. Ce qui a peut-être poussé certains à quitter le navire. 

Découvrez tous les épisodes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu