Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ychoux : 400 personnes ont participé à la marche blanche en hommage à Saïd

dimanche 17 juin 2018 à 20:11 Par Maëlle Robert, France Bleu Gascogne

Une marche blanche était organisée ce dimanche après-midi à Ychoux en hommage à Saïd. Ce père de famille était récemment décédé, deux semaines après avoir reçu des coups de feu tirés par son voisin pour des motifs racistes. 400 personnes ont traversé la commune en silence.

 Le père de famille était décédé le 4 juin dernier, deux semaines après avoir été victime d'une agression raciste.
Le père de famille était décédé le 4 juin dernier, deux semaines après avoir été victime d'une agression raciste. © Radio France - Maëlle Robert

Ychoux, France

"Saïd, nous ne t'oublierons jamais" ; "le racisme est un crime" pouvait-on lire sur les banderoles lors de la marche blanche ce dimanche après-midi à Ychoux, commune de 2200 habitants près de Biscarrosse. 400 personnes sont venues rendre un dernier hommage à Saïd El Barkaoui. Fleurs blanches en main, elles se sont rassemblées devant la mairie avant de traverser la commune et de se rendre jusqu'au domicile de la famille de Saïd.

Saïd, c'est ce père de famille décédé le 4 juin dernier, deux semaines après avoir été gravement blessé par des coups de feu tirés à plusieurs reprises par l'un de ses voisins. Une agression à caractère raciste, selon la justice. 

Message de tolérance

Saïd El Barkaoui, 38 ans, avait six enfants. C'est sa soeur Jamila qui a pris la parole : "On n'a pas de colère, pas de haine. Je veux que cette marche serve à passer ce message : qu'on ne tue plus jamais tuer au nom d'une religion ou sous prétexte qu'on est de couleur ou de confession différente. On peut vivre ensemble, c'est possible."

Dans le cortège se trouvaient d'ailleurs des militants de SOS Racisme, de la Licra ou encore de la Ligue des droits de l'homme, qui avaient fait le déplacement pour dénoncer cet "acte odieux" et "soutenir la famille".

Des habitants d'Ychoux et des communes alentours comme Biscarrosse ou Sanguinet se sont retrouvés devant la mairie d'Ychoux, point de départ de la marche. - Radio France
Des habitants d'Ychoux et des communes alentours comme Biscarrosse ou Sanguinet se sont retrouvés devant la mairie d'Ychoux, point de départ de la marche. © Radio France - Maëlle Robert

Les enquêteurs cherchent encore à déterminer si la mort de ce père de famille est directement liée aux cinq balles de pistolet qu'il a reçues deux semaines plus tôt, mais pour eux, les motivations racistes de cette attaque ne fait pas de doute. Ce voisin a d'ailleurs été mis en examen pour tentative d'assassinat aggravée par une motivation à caractère raciste.