Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De retour à Nantes, Yoann Barbereau demande à être reçu par le président Emmanuel Macron

vendredi 10 novembre 2017 à 11:52 - Mis à jour le vendredi 10 novembre 2017 à 17:22 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Condamné par la justice en Russie, Yoann Barbereau s'est exprimé à Nantes, où il est revenu jeudi soir. Il a de nouveau clamé son innocence face aux accusations de pédophilie. Il accuse le ministère des affaires étrangères et les autorités françaises de "lâcheté". Et veut être reçu par le Président.

Yoann Barbereau à la conférence de presse à Nantes ce vendredi 10 novembre, avec son avocat
Yoann Barbereau à la conférence de presse à Nantes ce vendredi 10 novembre, avec son avocat © Radio France - Antoine Denéchère

Nantes, France

Yoann Barbereau est de retour en France depuis mercredi. Ce nantais, qui était directeur de l'Alliance Française à Irkoutsk, en Sibérie, est accusé depuis février 2015 d'attouchements sexuels sur sa propre fille et de détention d'images pédopornographiques. Enfermé, il a ensuite été placé sous résidence surveillée, avant de réussi à s'échapper en septembre 2016. Caché dans un lieu tenu secret (en fait, l'ambassade de France à Moscou), Yoann Barbereau a finalement décidé de rejoindre la France en passant clandestinement la frontière la semaine dernière. Il clame son innocence et dénonce un complot.

Aujourd'hui, j'accuse !"

Yoann Barbereau, qui a retrouvé ses parents, son frère et sa soeur, a décidé de prendre la parole ce vendredi, aux côtés de son avocat Maître Arnod.
D'emblée, il a expliqué que sa vie avait "changé le 11 février 2015" et raconté les nombreux policiers qui débarquent chez lui ce jour-là, pour l'arrêter, puis sa détention et son placement en résidence surveillée. Yoann Barbereau, ensuite, a affirmé qu'il n'est "pas là pour [se] défendre" . Car "aujourd'hui, j'accuse, des gens du ministère des affaires étrangères."
Son avocat estime que la France aurait pu obtenir plusieurs fois sa libération et a "raté plusieurs fenêtres de tirs en deux ans et demi". Maître Arnod affirme que Yoann Barbereau ne doit son retour qu'à son audace personnelle.

"C'est très facile de sortir d'une ambassade"

Yoann Barbereau raconte son arrivée à l'ambassade de France à Moscou, après un trajet en voiture (grâce à l'application russe Blablacar dit-il). Il est certes accueilli, en septembre 2016, par l'ambassadeur Jean-Maurice Ripert qui "prévient aussitôt" le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, en poste à l'époque. Mais la France décide de "le dire immédiatement, en un quart d'heure, à M. Lavrov", ministre des affaires étrangères de Russie, alors que il aurait pu "être exfiltré en trois jours". Mais "ils ont préféré couvrir leurs arrières". Ce sont "des lâches" accuse Yoann Barbereau en évoquant "le trio Ripert, Hollande, Ayrault".

Pour le nantais, "c'est très facile de sortir d'une ambassade, il aurait suffi de me mettre dans une voiture diplomatique, mais l'ambassade a dit non", regrette amèrement Yoann Barbereau, qui a raconté dans le détail sa fuite "avec l'aide d'amis russes" la semaine dernière pour "rejoindre un pays frontalier de la Russie."

Yoann Barbereau répond aux "rumeurs"

Il a ensuite réfuté les "rumeurs" qui ont couru contre lui "je n'ai pas couché avec la femme du maire d'Irkoutsk ou du procureur local, c'est faux. Si ça avait été ça, je l'aurais dit immédiatement pour me défendre d'une infamie, les accusations de pédophilie."

Autre question posée : est-il un espion ou un agent du Renseignement ? "Dès le début de mon arrestation, j'ai vraiment cru que j'étais un agent du renseignement. On a utilisé des techniques pour me faire parler, mais avouer quoi ? Si je jure devant vous que je ne suis pas un agent de la DGSE, vous ne me croirez pas forcément, c'est une question impossible. Mais quand même si j'avais été ça, j'aurais été exfiltré rapidement !"

La famille veut être reçue par Emmanuel Macron

Aujourd'hui, Yoann Barbereau se dit éberlué par le silence des autorités françaises : "personne du quai d'Orsay ne m'a accueilli à l'aéroport !"

Le nantais réclame "une liberté de mouvement, d'être complètement blanchi et un soutien clair du gouvernement." Son avocat ajoute qu'il demande officiellement que Yoann Barbereau et sa famille soient reçus par le Président de la République et que la France prenne des dispositions pour indemniser Yoann Barbereau du préjudice subi.

L'avocat va déposer plainte auprès de la justice française pour "transmettre tous les éléments : nous allons porter plainte pour les violences subies, l'extorsion, le piratage dont il a été victime et l'atteinte à la vie privée par des membres du FSB russe".