Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Yonne : en pleine vague de cambriolages, les buralistes accusent la hausse des prix du tabac

lundi 4 décembre 2017 à 4:17 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

Un casse à la voiture-bélier à Joigny, un braquage à Champs-sur-Yonne, mais aussi des vols par effraction à Auxerre, Sainpuis, Gron... Depuis la mi-novembre, les attaques contre les buralistes se multiplient. Pour les professionnels, c'est directement lié à l'augmentation des prix du tabac.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Franck Dubray/Ouest-France

Yonne, France

A Champs-sur-Yonne, le tabac de Chantal a été braqué le 24 novembre, il y a à peine une semaine. Il était 18 heures, c'est sa fille qui était derrière le comptoir.

"Il portait un sweat et un foulard, on ne voyait pas son visage. Il a sorti un revolver et il a dit "tu me donnes la caisse"

"Il a posé un revolver sur le comptoir" : témoignage de Chantal, braquée le 24 novembre

Le butin : 520 euros en liquide, une somme finalement pas si élevée. "A mon avis, c'était un jeune qui avait besoin d'argent", analyse la commerçante. Mais ce qui l'inquiète, c'est un autre genre de délinquance. A plus grande échelle, et surtout organisée.

Un trafic en bande organisée

"Il y a un gros trafic. Ce ne sont pas les mêmes qui font ça. Là, ils viennent à 3 ou 4, en pleine nuit." En août dernier, elle a été victime d'une tentative de cambriolage : "On les a vus sur les images de vidéosurveillance : ils ont volé des poubelles pour les remplir de cartouches de cigarettes."

Un mode opératoire que l'on retrouve dans le casse à la voiture-bélier à Joigny, quelques jours avant le braquage de Chantal. Les malfaiteurs avaient utilisé des poubelles pour amasser les cigarettes. A Auxerre, le 19 novembre, ils étaient passés par la cave pour atteindre la réserve. "On pense à une ou deux équipes de cambrioleurs qui agissent sur la région", indique le colonel Boismoreau, à la tête du groupement de gendarmerie de l'Yonne.

"S'ils ont une voiture-bélier, ils passeront dans tous les cas"

Dans l'Yonne, c'est l'ensemble de la profession qui s'inquiète. "Ah non ! Vous allez me porter la guigne !" s'exclame Boris quand on se présente pour lui expliquer l'objet de notre reportage. Ce buraliste auxerrois n'a pas été cambriolé, mais il prend des mesures : "On n'ouvre et ferme jamais à la même heure, pour ne pas les habituer." Mais malgré toute la méfiance du monde, il ne se fait pas d'illusions : "On a une alarme, des caméras, une porte blindée... Mais même avec un rideau de fer, s'ils foncent avec une voiture, ils passent."

La hausse des prix du tabac mise en cause

Quant à la raison vraisemblable de ces casses, la même théorie ressort chez tous les buralistes que nous avons interrogés : la hausse du prix du tabac. "Bientôt, un kilo de cigarettes vaudra le prix d'un ligot d'or", regrette Florent. Un argument de mauvaise foi ? Pas tant que cela : "Effectivement, les vols viennent alimenter un marché noir florissant en ce moment, à cause de la hausse des prix", confirme le colonel Boismoreau.

"Ce sont les ventes qui baissent, pas la consommation"

Le calcul est simple, d'après Florent : "Un carton de cigarettes, c'est 25 cartouches, donc environ 1000 à 1200 euros. Ca ne pèse rien, c'est facile à revendre. On nous dit que les gens fument moins, mais non ! Ce sont les ventes qui baissent. La consommation, elle... Les gens achètent sur le marché parallèle."

Un phénomène sur lequel l'Etat va peut-être devoir se pencher, car la hausse des prix va continuer. En 2020, le paquet de cigarettes coûtera 10 euros... En bureau de tabac.

"On est tous concernés" : reportage avec les buralistes icaunais