Faits divers – Justice

Youssouf Fofana, ex-chef du "gang des barbares", blesse un surveillant de prison

France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Maine mardi 11 février 2014 à 10:42

Youssouf Fofana sur une vidéo postée sur YouTube le 27 novembre 2011 (capture d'écran).

Youssouf Fofana, ex-chef du "gang des barbares", a blessé un surveillant ce lundi à la prison d'Alençon - Condé-sur-Sarthe. Condamné à la perpétuité pour l'assassinat d'Ilan Halimi en 2009, il est détenu à la prison d'Alençon depuis cinq mois. C'est le 16e incident de ce type dans cette prison ultra-sécurisée toute récente.

Youssouf Fofana, ex-chef du "gang des barbares" est arrivé à la prison d'Alençon - Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne, il y a cinq mois. Il a été condamné à la prison à perpétuité en 2009 pour l'assassinat d'Ilan Halimi.

Déjà au quartier disciplinaire

Détenu difficile, il était déjà au quartier disciplinaire de la prison ultra-sécurisée d'Alençon. Ce lundi, il est extrait de sa cellule d'isolement pour téléphoner à son amie incarcérée à Rennes.

Un poinçon fabriqué avec une brosse à dents limée

Au retour, il sort de sa poche un poinçon artisanal, bricolé avec une brosse à dents limée, et la plante dans la main d'un gardien. Ce dernier, légèrement blessé, est soigné sur place. C'est le 16e incident grave dans les murs de cette maison centrale depuis son ouverture au printemps dernier.

Manque de personnel

Pour les syndicats, cette nouvelle agression montre que, malgré la visite de la patronne de l'administration pénitentiaire il y a 15 jours, rien n'est réglé. Condé-sur-Sarthe cherche toujours son mode de fonctionnement, avec trop peu de personnel, selon eux, pour s'occuper des détenus les plus difficiles de France.

La directrice générale Isabelle Gorce avait promis l'arrêt de la montée en charge jusqu'en mars, pour calmer les esprits. Ce lundi, un détenu est pourtant arrivé de Poissy. "De qui se moque-t-on ?" demandent les surveillants à bout.

Ce mardi, plusieurs délégations du syndicat Force Ouvrière d'autres centrales de France doivent visiter la prison avec le député UMP de l'Aube Nicolas Dhuick.