Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Yvelines : la police des polices est saisie après la plainte d'un jeune pour "violences policières à caractère raciste"

dimanche 12 novembre 2017 à 11:13 - Mis à jour le lundi 13 novembre 2017 à 13:18 Par Joanna Yakin et Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Ce samedi, un jeune homme de 27 ans a déposé plainte contre X pour "violences policières à caractère raciste" auprès du parquet de Versailles. Interpellé mardi par la police à Mantes-la-Jolie, il dit avoir été insulté, frappé et gravement brûlé. L'IGPN, la police des polices a été saisie.

voiture de police - illustration -
voiture de police - illustration - © Radio France -

Mantes-la-Jolie, France

L'IGPN (l'Inspection Générale de la Police Nationale) a été saisie après l'interpellation d'un jeune homme de 27 ans, mardi dernier, à Mantes-la-Jolie (Yvelines), annonce lundi le parquet de Versailles. Une enquête préliminaire du chef de violences par dépositaire de l'autorité publique est ouverte, précise le parquet.

Dans cette affaire, deux versions s’opposent.

Les policiers parlent de rébellion et d’insultes

Dans un communiqué, lundi, le procureur de la République adjoint indique que "lors de son interpellation, le jeune homme s’est rebellé et a tenté de s’enfuir alors qu’un attroupement hostile se formait". Il précise qu’il se débattait tellement dans le fourgon qu’il a dû être maintenu allongé par trois policiers. Il les aurait insultés et il aurait tenté de mordre l’un d’entre eux. C’est alors qu’un sachet de cannabis est tombé de sa poche.

Un contrôle qui dégénère selon l'avocat du jeune homme

Selon l'avocat du jeune homme, maître Calvin Job, le jeune est contrôlé par la police qui veut fouiller son véhicule appartenant à des amis. Il a la clé et ouvre la portière. La fouille ne donne rien selon l'avocat du jeune homme mais un deuxième fourgon arrive avec d'autres policiers qui l'emmènent pour un contrôle d'identité.

Toujours selon maître Calvin Job, le jeune homme n'oppose aucune résistance, mais dans le fourgon, il est menotté, frappé et plaqué au sol contre un chauffage d'appoint. Son client aurait également été insulté, traité de "sale négro" et maintenu contre ce chauffage, malgré ses cris, jusqu'au commissariat de Mantes-la-Jolie.

Opéré pour une greffe de peau

Arrivé au commissariat, le contrôle d'identité se transforme en interpellation pour stupéfiants, rébellion et outrage à agent, raconte Me Calvin Job. Le jeune homme aurait demandé à voir un médecin, hurlé, avant de finir par être emmené à l'hôpital par les pompiers et policiers.

Sa garde à vue a alors été levée. Dans la soirée, il ressort de l'hôpital mais y retourne à plusieurs reprises en raison d'une dégradation de l'état de ses mains. Finalement, vendredi, le jeune homme est opéré et subit une greffe de peau. Il doit rester hospitalisé plusieurs jours.

Le jeune homme est diabétique

Le Procureur de la République confirme la garde à vue qui a été levée après son hospitalisation à l’hôpital de Mantes pour "une blessure au poignet". Il a obtenu une incapacité de travail de deux jours. "Après un bref retour à son domicile, il est retourné à l’hôpital de Mantes qui l'oriente vers l’hôpital Saint Louis à Paris, indique le procureur, où des brûlures du deuxième et troisième degré, aggravées par le diabète dont souffre le jeune homme, sont diagnostiquées".

Une plainte a été déposée

Le jeune homme aurait porté plainte auprès du parquet de Versailles pour "violences policières à caractère raciste" et son avocat Me Calvin Job avait demandé à ce que l'IGPN, la police des polices, soit saisie "pour qu'on sache ce qui s'est réellement passé".

Selon le procureur ce sont les "sœurs du jeune homme qui ont porté plainte" le jeudi 9 novembre 2017. Une enquête est ouverte et la "famille sera informée de son avancée. Un dispositif qui prend en charge les victimes gravement traumatisées a été activé", ajoute le procureur.

Il est en état de choc très avancé, il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il dit qu'il a déjà eu l'habitude de se faire frapper par les policiers, mais là, il estime que c'est allé trop loin" - Maître Calvin Job