Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

ZAD de l’Amassada : aucun blessé pendant l’évacuation et les travaux qui ont débuté selon la préfète de l'Aveyron

-
Par , France Bleu Occitanie

Les occupants de la ZAD de l'Amassada luttaient depuis 2015 contre un projet de transformateur électrique à Saint-Victor-et-Melvieu. Leurs installations ont été détruites. Les travaux sur le terrain de RTE ont même débuté. La préfecture de l'Aveyron estime que tout s'est passé dans le calme.

L' Amassada a été inaugurée en janvier 2015. Elle a été totalement rasée ce mardi 8 octobre 2019.
L' Amassada a été inaugurée en janvier 2015. Elle a été totalement rasée ce mardi 8 octobre 2019. © Radio France - SM

Saint-Victor-et-Melvieu, France

L'opération d'expulsion des occupants illégaux des parcelles propriétés de Réseau Transport d'Electricité (RTE) situées sur la commune de Saint-Victor-et-Melvieu, dite ZAD de l'Amassada "s’est bien passée". C’est en tout cas le discours de la préfète de l’Aveyron qui a suivi de très près les opérations.  

Grenades lacrymogènes

Catherine Sarlandie de La Robertie était sur le lieux dès 3h30, ce mardi. L’évacuation a débuté à 5h30. Il y avait sur place entre cinquante et soixante occupants illégaux. Selon la préfecture, ils ont érigé des barricades enflammées et ont caillassé les gendarmes mobiles. L’utilisation des grenades lacrymogènes a donc été nécessaire pour permettre aux pompiers d’éteindre les feux. Des gendarmes mobiles ont délogé les derniers zadistes, une dizaines de personnes, qui étaient sur les toits pour protester contre la construction de ce transformateur.  

Catherine Sarlandie de La Robertie qui s’est surtout réjouit : "Nous n’avons ce soir aucun blessé à déplorer tant du côté des forces de l’ordre que des occupants." Deux personnes ont été interpellées et relâchées assez rapidement après un rappel à la loi.  A 11h30, l'expulsion était terminée et les opérations de déconstruction des bâtiments ont commencés. Les travaux ont même été lancés sur le champ. Des écologues notamment sont intervenus et le terrain a aussi été immédiatement clôturé. 

7 ans d’emprisonnement et 100.000 € d’amende.

La zone reste gardée par des gendarmes mobiles, qui repousseront immédiatement toute tentative de réinstallation.  Catherine Sarlandie de La Robertie qui met d’ailleurs  en garde toute personne qui voudrait retourner sur les parcelles évacuées de l’Amassada. "Des intrusions sur la parcelle clôturée constitueraient une occupation illégale avec destruction délictuelle du bien d’autrui en réunion (à partir de 2 personnes) et en représailles, exposeraient les auteurs de ces intrusions à une peine de 7 ans d’emprisonnement et 100 000 € d’amende." Pour la préfète : "L'objectif d'un retour à l'état de droit, par la mise en œuvre des décisions de justice intervenues dans ce dossier, est donc pleinement atteint." 

Choix de la station

France Bleu