Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

200 lettres d'amour datant de la Seconde Guerre mondiale sauvées in extremis dans une déchetterie

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle, France Bleu

Ces lettres d'amour ont été récupérées ce mercredi dans la déchetterie de Saint-Jean-d'Angely en Charente-Maritime. Des courriers adressés à une certaine (et bien nommée) Aimée, habitante des Deux-Sèvres et écrits par son futur mari parti faire la guerre.

Les lettres retrouvées par Cécile à la déchetterie de Saint Jean d'Angely
Les lettres retrouvées par Cécile à la déchetterie de Saint Jean d'Angely - Capture écran compte twitter de Cécile

Ce sont des milliers de mots d'amour qui auraient pu partir en fumée mais qui ont été sauvés in extremis ce mercredi 2 décembre en Charente-Maritime. Grâce à une juriste en droit de l’environnement originaire d'Aix-en-Provence qui travaillait ce jour-là dans la déchetterie de Saint Jean d'Angely, 200 lettres d'amour datant de la Seconde Guerre mondiale ont pu être sauvées. Cécile a trouvé les précieuses lettres dans un carton que venait de déposer un homme. "Les courriers étaient enfouis sous des dizaines de journaux des années 60 et 70", raconte Cécile. 

Sur les enveloppes, la destinataire est une certaine - et bien nommée - Aimée vivant à Loubillé dans les Deux Sèvres. C'est ensuite grâce à un appel lancé sur les réseaux sociaux qu'elle a pu retrouver les traces de la famille d'Aimée.

Un appel à l'aide partagé plus de 20.000 fois

"Aidez-moi à retrouver ses enfants ou petits enfants. Je ne veux pas que ça parte à la poubelle, voilà l'appel à l'aide publié sur Twitter. Rapidement une grande mobilisation, qui surprend la jeune femme, se met en place.  Le message est partagé plus de 20.000 fois. 

Malheureusement la désormais célèbre Aimée est décédée en 2014 à Niort à l'âge de 86 ans mais les recherches permettent de trouver la trace de son petit neveu Jean-Christophe Popinot. Très surpris de recevoir d'un coup des dizaines de messages. 

"Cela s'est fait en quelques heures. J'ai compris que les gens m'ont retrouvé grâce à l'arbre généalogique que j'avais mis en ligne sur internet et dans lequel Aimée Randonnet apparaissait. Au delà de la surprise j'ai trouvé ça fabuleux et j'ai donc contacté la personne qui avait trouvé les lettres", explique-t-il encore étonné.

Sa dernière descendante c'est Claudine  65 ans, la fille d'Aimée. Lorsqu'il l'appelle, elle n'en revient pas. "C'est presque un choc ! J'étais loin de m'imaginer cela, après tant de temps, c'est intéressant de voir l'écriture et les sentiments des parents."

"Il me semble que c'est plus que mon sang que je perds. Ma petite Aimée, tu ne peux t'imaginer comme j'ai un cafard d'être ici" - Extrait d'une lettre

Des mots d'amour de Pierre parti pour la guerre, à celle qui deviendra bientôt sa femme. Des mots que Claudine relit avec beaucoup d'émotion. "A la fin d'une lettre il lui dit "il me semble que c'est plus que mon sang que je perds. Ma petite Aimée, tu ne peux t'imaginer comme j'ai un cafard d'être ici." Je trouve ça très fort", dit-elle surprise.

Des lettres que Claudine va lire une à une avec ses deux fils. Un moyen de prolonger encore le tendre amour de ses parents.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess