Insolite

Vingt-deux heures de retard pour un vol Easyjet au départ de Nice

Par Valentin Dunate, France Bleu Azur et France Bleu samedi 17 septembre 2016 à 1:13 Mis à jour le samedi 17 septembre 2016 à 11:25

La compagnie Easyjet a accumulé les retards
La compagnie Easyjet a accumulé les retards © Maxppp - Maxppp

Le vol EZS1004 censé partir de Nice vendredi à 13h a finalement pu décoller ce samedi à 11h. Toute la journée de vendredi, environ 160 passagers ont patienté à l'aéroport, avant d'apprendre, avant minuit, que le vol était reporté au lendemain.

Une journée cauchemardesque ce vendredi pour des centaines de passagers Easyjet à l’aéroport de Nice.Tous les vols ont été retardés, un vol à destination de Paris a été annulé mais ce n’est rien comparé à un vol à destination de Bâle-Mulhouse.

Ce vol sensé arriver en Suisse à 14H10 vendredi devrait finalement se poser à 12H10 ce samedi, soit 22 heures de retard pour un vol de moins d’une heure.

La plupart des passagers dénoncent la façon dont la compagnie Easyjet et le personnel de l'aéroport de Nice (deuxième aéroport de France derrière Orly et Roissy) ont géré la situation. Michel, chef d’entreprise alsacien que France Bleu Azur a rencontré explique être arrivé en début de matinée pour prendre son avion, comme prévu à 13h.

_"_Ce vol a d'abord été retardé à 13h25, puis 16h, puis 18h, puis 19h, puis 22h30. Là, nous sommes arrivés en salle d'embarquement, nous étions optimistes. Le vol a de nouveau été retardé à 22h45. Personne n'est venu nous voir. Aucun membre de la compagnie ou de l'aéroport. Au micro, on nous a enfin annoncé que le vol était reporté au lendemain."

Ce vol (qui a changé de numérotation EZY9904) a finalement pu décoller à 11h ce samedi. Environ 160 passagers sont concernés. La plupart a dû dormir à l'hôtel. Certains, pressés, ont choisi le remboursement pour arriver à destination avec une autre compagnie.

L’avion est resté cloué au sol à Nice à cause d’une panne technique. Le radar météo est tombé en panne entre Bâle et Nice et le commandant a refusé de repartir pour des raisons de sécurité. Cela signifie par ailleurs qu'avant de se poser et d'être cloué au sol à Nice vendredi, l'avion, arrivé en début d'après-midi a volé sans radar météo au dessus des Alpes.