Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un jeune Francilien sauve des poules de l'abattoir et propose de les adopter

-
Par , France Bleu Paris

Avec son association, un adolescent de Seine et Marne sauvent des centaines d'animaux. Et notamment des poules qui échappent grâce à lui à l'abattoir. Il propose aux familles franciliennes de les adopter.

De gauche à droite : Florian, responsable commercial et secrétaire de l'association ; Théo Collin à l'origine de l'association et Caroline, coiffeuse dans la vie et trésorière de l'association
De gauche à droite : Florian, responsable commercial et secrétaire de l'association ; Théo Collin à l'origine de l'association et Caroline, coiffeuse dans la vie et trésorière de l'association © Radio France - Association Théo Sheep & Co'

Théo Collin, lycéen de 17 ans en bac Pro Commerce à Corbeil-Essonne est président fondateur de l'association Théo sheep & Co. Originaire de Grisy-Suisnes en Seine-et-Marne, il sauve toute sorte d'animaux : "des animaux de la ferme et animaux atypiques" : moutons (sheep en anglais), chèvres, lapins, canards*... et des poules : il en a déjà sauvé plus d'un millier destiné à l'abattoir et propose aux familles franciliennes de les adopter "pour avoir une meilleure fin de vie" explique-t'il ce mardi matin sur France Bleu Paris.

Il a monté cette association avec sa coiffeuse et un ami d'enfance. Tous trois récupèrent les vieilles poules des élevages intensifs de la région (Val d'Oise notamment) avant qu'elles ne soient tuées.

Pour y parvenir, "ce n'est pas si facile que ça" confie-t'il : il faut aller à la rencontre de l'éleveur, le convaincre, aller chercher les animaux, se déplacer plusieurs fois pour en récupérer quelques-unes des élevages intensifs qui comptent plus de 7.000 poules raconte-t-il au micro de France Bleu. _"On en a déjà sauvé 1.000, c'est énorme"_.

Un succès accru depuis le début du confinement

Il reçoit énormément de demandes de la part des "familles adoptives". Un succès encore plus important durant cette période de confinement, alors qu'il n'est plus possible actuellement de s'acheter un animal de compagnie dans les jardineries et animaleries. "Les gens se réfèrent aux associations pour avoir des animaux" a constaté le jeune francilien, qui, avec ses amis, continuera à sauver des poules après le confinement.

Contacter l'association : via Facebook ou par téléphone au 06 66 77 79 79.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

* L'association s'est donnée pour mission de sauver "les animaux de la ferme et animaux atypiques" mais ne recueille "pas les chiens et chats" : "Il y a suffisamment d'autres associations pour s'en charger" et les conditions pour monter des refuges sont très stricte explique le fondateur de l'association.  Théo Sheep & Co pratique également l'éco-paturage et propose des activités de fermes pédagoque pour subvenir à ses besoin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess