Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

80 ans après la débâcle de 1940, un habitant de la Marne recherche une famille creusoise

Habitant de Pleurs, dans la Marne, Bernard Laurent recherche la famille creusoise qui a accueilli ses beaux-parents, près de Guéret, en juin 1940. Aujourd'hui octogénaire, il souhaite sauver cette histoire de l'oubli et rendre hommage à ces Creusois.

Reconstitution de la débâcle de 1940.
Reconstitution de la débâcle de 1940. © Radio France - Valentine Joubin

"Il y aura 80 ans le 13 juin 2020 ... nous étions le 13 juin 1940, c'était l'exode." Voici le début de la lettre adressée par Bernard Laurent, un habitant de la Marne, à la mairie de Guéret (Creuse). Une lettre en forme de bouteille à la mer : il souhaite en effet retrouver les descendants d'une famille guérétoise qui a logé ses beaux-parents pendant trois semaines, lors de la débâcle.

Cette histoire, Bernard Laurent l'a découverte il y a quelques semaines seulement : "Ma belle-sœur m'a dit qu'elle avait été hébergée par des Creusois pendant la guerre. C'est incroyable qu'elle se soit tue pendant si longtemps !" Il décide d'en savoir plus et la questionne : "Mes beaux-parents sont partis en voiture et sont arrivés jusqu'à Guéret. Ils ont été logés à côté, par une famille d'agriculteurs, pendant trois semaines. Ils ne pouvaient pas repartir, car la ligne de démarcation les en empêchait."

La lettre adressée par Bernard Laurent à la mairie de Guéret
La lettre adressée par Bernard Laurent à la mairie de Guéret - Joëlle Penot

Bernard Laurent ne connaît ni le nom de cette famille, ni son adresse. Il n'a pas de photo non plus, seulement quelques indications : "Mon beau-père s'appelait Yves Remy. Il avait trois filles de 14, 9 et 7 ans : Simone, Thérèse et Gisèle. Ils sont arrivés dans une Peugeot 402.B noire."

Bernard Laurent veut à tout prix retrouver cette famille "pour la remercier d'avoir accueilli si aimablement mes beaux-parents et pour retourner voir les lieux en Creuse." Lui-même se souvient de la débâcle : il avait cinq ans. Aujourd'hui représentant d'anciens combattants, il souhaite sauver cette histoire de l'oubli pour la raconter à ses deux arrière-petits-enfants : "André Malraux disait que la plus belle sépulture des morts, c'est la mémoire des vivants. Il avait raison, c'est formidable la mémoire."

Si l'histoire des beaux-parents de Bernard Laurent vous rappelle quelque chose, il faut contacter la mairie de Guéret à l'adresse suivante : joelle.penot@ville-gueret.fr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu