Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À 15 ans, il envoie une lettre de motivation pour devenir serveur et émeut profondément la gérante

-
Par , France Bleu Mayenne

À 15 ans, Dylan, originaire de Châtres-la-Forêt (Mayenne), a postulé pour devenir serveur à la Halte fluviale à Laval. Sa lettre de motivation a profondément touché la gérante, car le jeune homme assure que ce job lui ferait du bien psychologiquement dans ce contexte de pandémie de Covid-19.

La lettre de motivation de Dylan, 15 ans, a particulièrement touché la gérante
La lettre de motivation de Dylan, 15 ans, a particulièrement touché la gérante © Maxppp - Laurent Caro

"Celui-là, c'est sûr, il est loin d'être bête." Alors qu'on parle d'une réouverture des terrasses à la mi-mai, les professionnels sont en train de remettre doucement la machine en marche. 

À la Halte fluviale, emblématique terrasse de Laval qui n'ouvre qu'aux beaux jours et où l'on peut boire et manger en bord de Mayenne, Corinne Régnier a passé son jeudi 22 avril à éplucher les candidatures pour recruter une quinzaine de saisonniers, malgré le calendrier de réouverture un peu flou. Celle de Dylan, 15 ans, l'a particulièrement touchée.

"Ce job me permettrait de garder une bonne condition physique et morale, étant donné le contexte actuel"

Corinne Régnier a l'habitude de recevoir des candidatures de jeunes sans expérience, elle en prend d'ailleurs toujours dans son équipe, mais là recevoir la candidature de Dylan, 15 ans, ça l'a d'abord surprise car il est trop jeune pour pouvoir travailler et puis en lisant la lettre de l'adolescent, elle s'est sentie émue : "On sent son désir de sociabilité, d'intégrer une équipe... Je pense que ça a forcément un lien avec la pandémie !"

Corinne fouille dans son téléphone et nous montre la lettre : "J’apprécie le travail en équipe et surtout pour les autres, je suis d’ailleurs très impliqué dans la vie de mon collège."

"Ce job", écrit Dylan, "me permettrait d’acquérir une première expérience professionnelle afin de garder une bonne condition physique et morale, étant donné que le contexte actuel ne me permet pas de pratiquer des activités physiques. Je suis polyvalent et très autonome malgré mon jeune âge. Je veux utiliser ma nature souriante, aimable et mon aisance à l’oral pour satisfaire les clients."

"Je suis une pile électrique, je me suis un peu calmé"

Malheureusement, Dylan est trop jeune pour pouvoir travailler, car l'âge légal, c'est 16 ans : "Je me doutais qu'il y avait un âge limite mais j'ai quand même voulu essayer." 

L'adolescent est une "pile électrique", selon ses propres mots : "Quand j'étais petit, j'étais vraiment hyperactif mais avec la maturité, je me suis un peu calmé." Le jeune homme a tout de même de l'énergie à revendre : avant le Covid-19, il se faisait un peu d'argent en arbitrant des matchs de football, il a suivi une formation pour ça mais à cause de la pandémie, tout est à l'arrêt. 

Il pourrait se contenter de jouer aux jeux vidéo avec ses copains et de voir sa petite amie, mais non, Dylan, également délégué de sa classe, n'est jamais rassasié. C'est son stage en entreprise, effectué à la mairie d'Evron cette année, qui lui a donné envie de se confronter très vite au monde du travail : "C'est certainement le contexte du Covid qui m'a poussé à me lancer pour postuler." 

Le seul de ses camarades à vouloir travailler cet été

Très proche de son grand frère, de son grand cousin, tous les deux partis loin pour le travail, Dylan cherche toujours à s'occuper : "Je ne peux plus faire d'activités avec eux et parfois, les grandes vacances sont un peu longues donc travailler, ç'aurait été parfait." 

Ses parents, une mère agent d'entretien et un père qui travaille à la fromagerie Bel, soutiennent la démarche de leur fils, un fils qui a conscience d'être une rareté : il est le seul de ses camarades à vouloir travailler cet été.

Plus tard, Dylan se verrait bien homme politique, en attendant, il va d'abord essayer de devenir serveur, il retentera le coup l'année prochaine, quand il aura l'âge requis.

Écoutez le reportage sur Dylan diffusé dans le journal de 8h30

Choix de la station

À venir dansDanssecondess