Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le Racing Alsace New York, qui cartonne en foot à 7, recherche des sponsors

-
Par , France Bleu Alsace

À New York (États-Unis), une équipe de foot à 7 cartonne, avec une sacrée particularité : une dizaine d'Alsaciens expatriés la composent. Son nom : le Racing Alsace New York ! C'est Thierry Kranzer qui a crée ce club pas comme les autres. Et qui aujourd'hui recherche des partenaires pour perdurer.

Le Racing Alsace New York, composé d'expatriés alsaciens et créé par Thierry Kranzer (en b. à d.), représente fièrement la région à l'Urban Soccer League, championnat de foot à 7 new-yorkais.
Le Racing Alsace New York, composé d'expatriés alsaciens et créé par Thierry Kranzer (en b. à d.), représente fièrement la région à l'Urban Soccer League, championnat de foot à 7 new-yorkais. - Page Facebook Racing Alsace New York

Strasbourg, France

Thierry Kranzer ne s'arrête jamais. Fonctionnaire onusien, président du Filal (Fonds international pour la langue alsacienne)... mais aussi créateur d'une équipe de foot à 7 portant haut les couleurs de l'Alsace à New York ! Ce fervent défenseur du terroir alsacien et de sa langue, joueur amateur, ne pouvait trouver meilleur compromis pour allier ses deux passions. Entretien.

France Bleu Alsace : Comment est né le Racing Alsace New York ?  

Thierry Kranzer : C'est l'histoire de footballeurs alsaciens vivant à New York qui, un jour, ont décidé de jouer au foot ensemble en créant cette équipe. Baptisée Racing Alsace New York, tout simplement !  

Vous participez à l'Urban Soccer League, une compétition de foot à 7 qui se déroule au coeur de la Big Apple. En quoi ça consiste ?  

C'est un championnat urbain, trimestriel, avec des groupes de huit équipes. Souvent des équipes communautaires : des Mexicains, des Italiens... Il y a même des équipes issues de grosses entreprises, comme Facebook et Google. Tout le monde s'affronte dans sa ligue respective, une fois par semaine, avant des playoffs où le premier rencontre le dernier, le deuxième l'avant-dernier. Puis, il y a les demi-finales et la finale. 

Il y a sept matches par équipe. Un match dure deux fois 25 minutes, avec un arbitre officiel, sur un terrain en plein-air. Suivant les saisons, le championnat est assez huppé.  

Il y a du niveau ?  

Oui, suivant les années et les ligues, il y a un très bon niveau. Il y a beaucoup d'équipes anglo-saxonnes. C'est souvent un football très physique, très agréable. 

Le niveau relevé ne vous a pas empêché de gagner l'Urban Soccer League !  

Exact, c'était au printemps 2016, pour notre première participation ! Il y avait une telle euphorie avec la remontée du Racing Club Strasbourg en Ligue 2 qu'on était imbattables. En plus, on avait le maillot du Racing sur le dos ! 

Il y a un très fort sentiment identitaire (Thierry Kranzer, créateur du Racing Alsace New York)

On a gagné, dans un groupe très difficile. On n'était pas la meilleure équipe, mais on avait une combativité et une envie de gagner supérieures aux autres équipes.  

Le Racing Alsace New York, c'est une façon, on l'a bien compris, d'importer l'Alsace de l'autre côté de l'Atlantique. Comment ça se traduit sur et en dehors du terrain ? On ne parle qu'alsacien dans l'équipe ? On fait la troisième mi-temps à base de produits régionaux ?  

Disons que la pratique de l'alsacien est généralement proportionnelle à la quantité de bière consommée. C'est donc plus facile après trois pintes ! Le soir de notre première victoire dans ce championnat urbain, grâce aux tirs au but, tout le monde dans l'équipe s'est mis à chanter "Jetz geht's los", comme à la Meineau quoi ! Il y a un très fort sentiment identitaire autour de cette équipe alsacienne de New York.  

D'ailleurs, combien d'Alsaciens composent votre équipe ?  

Il y en a une dizaine. Depuis peu, on a trois Bretons, un Catalan, et deux Basques. C'est une équipe qui tourne, mais le gros de l'effectif, ce sont des Alsaciens. 

Revenons à l'Urban Soccer League. C'est un championnat assez coûteux...  

Oui, cela revient à 1 700 $ le trimestre, soit environ 200 $ par joueur. Pour disputer les quatre ligues par saison, ça revient environ à 6 000 $ par an. On est un peu en concurrence avec les grosses équipes d'entreprises cités précédemment, comme Google ou Facebook, ou BNP Paribas. Dans ces formations, les joueurs n'ont rien a payer, c'est la boîte qui s'en charge. Pour un jeune stagiaire alsacien d'une de ces entreprises qui débarque à New York sans beaucoup de sous, le choix est vite fait. Même s'il sera tenté de nous rejoindre pour notre identité, il préférera toujours jouer gratuitement.  

Du coup, vous êtes à la recherche de sponsors ?  

Si on avait des partenaires qui nous payaient la moitié, le tiers ou les deux tiers des frais, ça serait plus facile pour nous de recruter des joueurs. Et d'avoir une équipe du Racing Alsace New York plus compétitive, avec plus de jeunes car notre moyenne d'âge est quand même de 35 ans. Oui, il nous faut des sponsors pour assurer la durabilité et la compétitivité du Racing !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu